02 avril 2020

Essai Ford Puma 1.0 EcoBoost 155ch mHEV ST-Line X, félin pour l'autre?

C’est sur le très encombré segment du petit SUV urbain que Ford lance sa nouvelle arme de conquête. Le Puma reprend le nom d’un Coupé qui avait laissé un bon souvenir aux amateurs du genre. Une façon de se démarquer de la concurrence en proposant un semblant de sportivité? Nous sommes partis le vérifier sur les routes de Provence. 

Puma, deuxième du nom 

C’était il y a quelques mois, à Amsterdam lors d’une présentation presse internationale de la gamme Ford électrifiée. En marge de la présentation des nouveaux Kuga, Explorer, et de 16 nouveautés électrifiées, le constructeur américain nous avait plus ou moins dévoilé le nouveau B-SUV destiné à conquérir l’europe.

Plus ou moins car il était encore largement camouflé, présenté dans l’ombre, de loin et sans aucun détail. Mais une bombe avait été lâchée : “Il s'appellera Puma”. De quoi faire hurler les puristes. Oui ça existe les puristes du petit coupé Puma. J’en connais et on en a au moins une dans l’équipe Road-Story, Aurélie si tu nous regardes…(Voir Puma Bullitt avec Steve McQueen)
Manquerait plus qu’ils fassent un Mustang SUV, vous imaginez ? 

Arme de conquête 

Ce n’est pas un SUV que lance Ford sur le marché mais une véritable arme de conquête. Le segment B-SUV est à la fois un des plus importants, mais aussi un des plus bataillés du marché. Impossible en tous cas pour un constructeur de l’envergure de Ford de passer à côté de ce gros gâteau. Pour choper une part du Brownie, en arrivant le dernier, il fallait marquer les esprits. Le constructeur est bien présent avec l’Ecosport mais le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas convaincu dans nos contrées. Pour plein de bonnes raisons sur lesquelles nous ne reviendrons pas. Bref, avec cette nouveauté le Puma s’attaque à du lourd, mais sera il à la hauteur? 

Un SUV stylé comme jamais 

Aujourd’hui si vous voulez vendre une nouveauté, elle se doit d’être un SUV. Malgré cela, les lignes du Puma n’ont rien d’une camionnette et font preuve d’une belle dynamique et de sportivité. Certains lui trouvent des airs de Porsche Macan, ça se discute mais il est clairement réussi. De profil son hayon incliné produit une ligne fuyante du plus bel effet, l’avant est dans la ligne droite des dernières productions de la marque. Avec ses grosses roues de 18 pouces, notre exemplaire du jour en impose.

Je retiens la gueule vraiment réussie du félin, et le fait qu’on s’éloigne du SUV classique pour un adopter un style presque sportif avec des hanches bien dessinées. C’est un gros coup pour le style Ford. D’ailleurs ça se vérifie à l’usage avec au cours de ces 2 jours d’essais, plusieurs personnes qui sont venus nous voir pour en savoir plus. Ce Puma ne passe pas inaperçu. Il ne tombe pas non plus dans la caricature, pile poil ce qu’il faut pour réussir dans ce segment. Mais à l’intérieur ça donne quoi ? 

Intérieur de Fiesta 

Une fois assis, le mobilier est familier. C’est l’intérieur de la Fiesta et c’est pas plus mal comme ça. On pourra regretter l’absence d’originalité de l’ensemble mais c’est plutôt réussi, l’ergonomie a bien progressé chez Ford, et malgré pas mal de boutons un peu partout, c’est assez logique d’utilisation. Le nouveau système multimédia fait le boulot. L’assise est ferme, un peu trop surement. C’est également le cas du dossier de ce siège, qui dans l’ensemble offre moins de confort qu’une 2008 ou un Captur. Mais le confort, ça se juge à l’usage, et c’est justement ce qu’on va faire. 

Les routes de Provence, véritable juge de paix

Pour essayer de Puma, je pars avec mon pote Manu Bordonado, journaliste automobile mais surtout local de l’étape. Si il y en a un qui saura me trouver les coins sympas et les routes “comme j’aime bien”, c’est bien lui. Première bonne surprise, en trifouillant sur le côté du siège, je découvre un réglage du soutien lombaire, le genre de détail qui fait oublier tout le reste. Bien installés nous partons sur les routes de l’arrière pays, où les lignes droites n’existent pas. Le premier enseignement est que le train avant est très très bien.

La voiture se place à la perfection, c’est précis, agréable et diablement efficace. D’autant plus que la motricité est bonne. Le train arrière enroule comme il faut, et à peut-être un peu plus de mal à suivre en conduite très sportive, mais ça reste d’un niveau particulièrement bon. Le Puma, en reprenant le châssis de la Fiesta, en a récupéré les qualités. Le comportement routier se montre très convaincant. Au niveau du freinage, rien à redire, même en tentant le freinage d’urgence à haute vitesse ça fait le boulot. Mordant, équilibré et finalement efficace, il saura se montrer à la hauteur en cas de danger imminent. 

Hybridation 

La mécanique voit l’hybridation arriver sous le capot. Hybridation légère, qui prend la forme d’un alterno-démarreur capable de venir en aide au moteur thermique lors des phases d’accélération. Cet ensemble est équipé d’une désactivations des cylindres quand ils ne sont pas sollicités. 
En terme d’agrément, c’est réussi. La mécanique se montre vaillante dès les plus bas régimes. Cette souplesse se montrera bienvenue au quotidien. Ce qui est intéressant c’est que cette belle santé ne faiblit pas tout au long de l’accélération. Dépassements, relances, se feront dans la sérénité. 
A l’usage l’hybridation est transparente avec juste parfois de légers à coups en entrée de ville quand la récupération d’énergie se met en quête de quelques kWh. 

Confort ferme 

Cette efficacité a un prix, c’est le confort. Sans être catastrophique, il s’avère moins douillet que la concurrence. Les grosses jantes optionnelles de notre modèle d’essai ne faisant certainement qu’amplifier ce phénomène. C’est le prix à payer pour un SUV qui se veut un peu plus sportif que les autres. Il faut préciser que notre version ST est plus ferme que les autres, les amateurs de confort pourront faire leur choix. 


SUV compact 

Basé comme on l’a dit sur la Fiesta, le SUV Puma pouvait difficilement battre des records d’habitabilité, surtout avec son allure sportive. Avec sa ligne tombante qui s’incline au dessus des portes arrières, cela se confirme à l’usage. Il faut baisser la tête pour accéder au second rang. On ne tiendra pas à 3 adultes, la largeur sera trop juste. L’empattement allongé permettra tout de même de caser ses jambes sans soucis. La vérité c’est qu’avec 4,18m c’est un des SUV les plus petits du segment. Le 2008 culminant à 4,30 m. Sur ce chapitre habitabilité le Puma ne sera pas le meilleur, mais il sera peut-être le plus malin. 

Malin le félin 

Sa botte secrète c’est la Megabox. Non ce n’est pas le dernier abonnement que votre fournisseur internet veut vous refourguer, mais bien du coffre caché de votre Puma. En effet, si le coffre du Puma est de taille moyenne, il dispose d’un atout de poids. Soulevez le plancher du coffre, inclinez le, il se loge à la verticale dans un emplacement prévu à cet effet et admirez le travail. Un deuxième coffre de 50 cm de large sur 32 cm de haut, tout en plastique peut accueillir des bottes salles, vos affaires de VTT pleines de boue ou la tête de votre meilleur ennemi si vous êtes dans la mafia. Une fois à destination, un coup de jet et vous pourrez le nettoyer aisément grâce à son bouchon de baignoire intégré. C’est malin, pratique mais ça supprime définitivement toute idée de roue de secours. 
Dans le même esprit les sièges sont déhoussables et lavables en machine. 

Equipement complet 

La finition Titanium, qui débute à 22 900€ dispose de l’allumage auto des phares, du pare brise acoustique, des rétroviseurs dégivrant et rabattables électriquement, le système multimédia avec écran tactile 8 pouces intègre la  navigation. La recharge du téléphone se fait par induction, et la climatisation est manuelle. A ce niveau on dispose déjà du régulateur, de l’alerte de franchissement de ligne couplée au maintien dans la voie. 
Notre modèle essayé, la ST-Line X hérite de vitres surteintées, du châssis sport, de la clim automatique, de jantes alliage de 18 pouces et de l’instrumentation entièrement numérique. Vous écouterez vos MP3 préférés sur un système B&O à 10 HP. 

Bilan 

Ce Puma surprend. Avec un design propre et des prestations honnêtes, il pourrait donner du fil à retordre aux concurrents. Si il n’est pas le plus confortable, ni le plus habitable, il dispose d’une personnalité attachante, d’un comportement routier de premier ordre et de côtés pratiques appréciables. Au chapitre consommation, pas de miracle, annoncé pour 5,1 litres en conso mixte, nous avons dépassé les 7 litres sans forcer. C’est le prix à payer quand on tape dedans avec un 3 cylindres, hybride ou pas. Au moins celui ci a le bon goût de ne pas être malussé. 

   +

Comportement routier

Aspects pratiques 

Instrumentation numérique

Equipement complet

-
Confort un peu raide en version ST-Line X 
Habitabilité un peu juste 
Intérieur classique 

Fiche technique Ford Puma 1.0 EcoBoost 155ch mHEV ST-Line X
Prix du véhicule neuf :  27 900 € TTC
Moteur / 1.0 Eco
Energie : Essence
Architecture : Trois cylindres en ligne
Alimentation : Turbocompresseur
Boîte de vitesse : manuelle à 6 rapports 
Puissance : 155 ch 
Longueur : 4,19 m
Largeur : 1,81 m
Hauteur : 1,54 m
Réservoir : 42 
Poids à vide : 1 280 kg
PTAC : 1 760 kg 
PTRA : 2 860 kg
Charge utile : 480 kg
Poids tracté freiné : 1 100 kg
Poids tracté non freiné : 640 kg
Volume de coffre 402 l
Co2 : 101 g/km2 

Nicolas Laperruque 

Photos : Ford France, Nicolas Laperruque 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


11 mai 2020 On en parle

1969 : Ford part à la conquête de la lune

On connaît tous l'histoire de la conquête de la lune. Mais saviez vous que Ford avait largement contribué au bon déroulement des missions Apollo?  Retrouvez la version audio ( Podcast d

> LIRE


11 mai 2020 Histoires d'essais

Ducati Diavel 1260 S Méchante comme le diable !

C’est en 2011 que la DUCATI DIAVEL est apparue dans un paysage moto bien soporifique. Un véritable coup de pied dans la fourmilière qui n’est pas s’en rappeler l’esprit de la premi&eg

> LIRE


30 avril 2020 Histoires d'auto

Ford Sierra Minker, meilleure que la Cosworth

Dans la série des petits préparateurs des années 80, Turbo Technics fait office d’ovni. Peu de préparateurs peuvent se vanter de faire passer une frêle berline défraichie en

> LIRE


23 avril 2020 On en parle

Nouveau Yaris Cross, ce qu’il faut savoir 

Toyota a dévoilé ce matin par le biais d’une conférence de presse en ligne, le dernier modèle Toyota qui pointe le bout de son nez. Le B-SUV basé sur la Yaris sera fabriqué

> LIRE


15 avril 2020 Histoires d'essais

Essai Moto : HONDA CRF1000 DCT Africa Twin EP3/3 : "L'épreuve du quotidien"

A la fin des années 80, quand tu roules en Africa Twin tu annonces la couleur : celle de la Honda Racing Corporation (HRC). C'est un peu comme rouler en 205… Aux couleurs Peugeot Talbot Sport. Bref,

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter