05 novembre 2020

Honda CR-V Essai longue durée du SUV le plus vendu au monde 

Si chez nous le Honda CR-V n’est pas le premier choix de l’automobiliste français, à l’international il se vend très bien. Nous avons roulé au quotidien avec ce SUV pendant un mois pour tenter de percer le secret de ce succès. 

Un peu d’histoire 

Le Honda CR-V est un SUV fabriqué depuis 1996. Il existe en deux et quatre roues motrices. Le sigle CR-V peut prendre des significations différentes selon le marché sur lequel le véhicule est vendu. Au Royaume-Uni, il signifie "Compact Recreational Vehicle" (Véhicule Récréatif Compact), au Japon Honda parle de "Comfortable Runabout Vehicle". 
Depuis, le CR-V est le SUV le plus vendu au monde. Un succès dû en grande partie aux USA où ce SUV se vend comme des petits pains tièdes. Mais qu’est-ce qu’ils lui trouvent? Nous avons voulu le savoir. 

Un gros SUV
Je récupère notre CR-V dans cette belle ville de Bayeux. Avec sa robe rouge et son gabarit il en impose. L’engin fait 4,60 m de long, c’est 16 cm de plus qu’un Peugeot 3008. Une impression que l’on retrouve à l’intérieur avec une habitabilité parfaite pour une famille. A l’arrière l’espace aux jambes est appréciable, et à l’avant conducteur et passager bénéficient d’une belle largeur aux coudes. Dans la finition Executive, la sellerie cuir, les surpiqûres sur la planche de bord et le toit panoramique ouvrant placent notre SUV dans la catégorie des bourgeois. Un sentiment renforcé par les plaquages bois courant sur le tableau de bord. Petit détail qui en dit beaucoup sur l'intelligence de conception de ce Honda : les portières s'ouvrent quasiment à 90°, facilitant grandement l'accès à bord. 

L’hybride Honda, comment ça marche? 

Aujourd’hui acheter un hybride est devenu la norme mais Honda n’a pas attendu que ça devienne à la mode pour se pencher sur cette technologie. Mais à l’heure où se payer un hybride rechargeable implique un gros effort financier, l’hybride “normal” est plus que jamais un choix à considérer. Chez Honda, il fonctionne avec un moteur essence 2 litres à cycle d'Atkinson et deux moteurs électriques.  Le premier sert à la propulsion électrique, le second à la génération d’électricité.Pour schématiser, le moteur essence ne sert que de groupe électrogène.  Ainsi le CR-V peut fonctionner en mode essence, électrique ou hybride. Il n’y a pas de boîte de vitesse dans ce Honda. Le CR-V est doté d'un seul rapport de transmission fixe. La puissance s’élève à 184 ch. 

Tout en douceur 

Au démarrage, le CR-V reste silencieux en démarrant sur le mode électrique. Il faut avoir l’oreille pour remarquer quand le moteur thermique se lance à son tour. Tout cela se fait dans un silence de cathédrale en ville. La conduite est souple, agréable et apaisante. Le CR-V commence très fort. La ville sera son amie, jusqu’au moment de se garer, l’engin étant encombrant. A l’usage, les changements de mode d'énergie sont imperceptibles. Au feu vert, le CR-V est une catapulte avec son moteur électrique synonyme de couple instantané. Dans l’ensemble, la conduite en agglomération de ce CR-V hybride se montre bien plus agréable et convaincante que n’importe quelle version thermique dotée d’une boîte CVT. Seule petite ombre au tableau, l’assistance de collision, trop sensible à tendance à se déclencher de façon intempestive. Mais qu’en est-il sur la route? 

Un week-end à la mer 

Nous allons bientôt le savoir car ce week-end je pars en direction du Carteret Auto-Retro. Il s’agit d’un rassemblement de voitures anciennes qui se déroule comme son nom l’indique à Barneville-Carteret dans la Manche. L’occasion d’une première étape de 105 km alternant 4 voies et départementales. Sur voie rapide, au régulateur, le CR-V peut surprendre par moment. En effet, un léger faux plat ou une montée, et le moteur thermique pourra se mettre à gueuler sans prévenir. Quand le moteur électrique a besoin de puissance, il fait appel à son “groupe électrogène”. Mais malgré ce côté un peu surprenant au début, le Honda est une belle machine à rouler et se montre très à l’aise sur autoroute. L’insonorisation soignée y est pour beaucoup, surtout conjuguée au confort royal de ses sièges bien étudiés. Beaucoup de qualités mais le CR-V n’est pas parfait. 

Interface dépassée 

C’est un détail qui n’en est pas un. Quand le CR-V est sorti, son système d'infotainment n’était clairement pas dans les meilleurs. Et bien trois ans plus tard, c’est bien pire. Rien de rédhibitoire mais un constat : vous n'acheterez pas ce SUV pour son interface, pour son écran, pour les graphismes, pour la simplicité de ses menus et encore moins pour son GPS. Premier point énervant, l’Android Auto fonctionne quand il a le temps. C’est à dire une fois sur 3. Deuxième point énervant : les menus sont incompréhensibles et tout sauf intuitifs. Troisième point énervant : le GPS ne connaît pas la moitié des destinations que vous allez lui soumettre. Et de toute façon il fera tout pour vous perdre en route. Quand on voit ce que le constructeur est capable de faire dans une Honda-e on se dit qu’une petite mise à jour serait bienvenue. 

Il a du coffre 

Une fois sur le réseau secondaire les relances sont franches avec les 184 chevaux. Côté tenue de route, j’attendais ce CR-V...au tournant. Ce CR-V étant avant tout conçu pour nos amis américains, je m’attendais au pire. Contre toute attente, le comportement n’a rien de catastrophique. Ce SUV est certes typé confort, et n’offre pas la précision d’un Peugeot 3008, mais il fait largement le job. Que ce soit sur les pavés du centre ville de Bayeux ou les nids de poules du réseau secondaire normand, il se montre toujours très prévenant avec ses occupants. Notre version est un deux roues motrices, mais il est également possible de le prendre en transmission intégrale. En sortie de village, au moment de relancer, on a toujours ce côté mobylette caractéristique des hybrides Toyota ou Honda, mais  il semble atténué. L’outil parfait pour partir en week-end surtout avec son grand coffre qui frôle les 500 litres de chargement. 

Conduite sportive? Non n’y pensez pas 

Sur les routes du Cotentin, quand le rythme s'accélère, le CR-V n’est pas à la traîne. La puissance est là mais la conduite sportive n’est pas sa vocation. Fidèle à l’esprit du SUV familial, il n’offre pas le dynamisme d’un 3008 ou de la majorité de ses rivaux européens. Le mode hybride implique une conduite cool et fait tout pour que vous y preniez goût. On se surprend à adopter une conduite plus souple, à anticiper davantage. Recharger la petite batterie pour pouvoir rouler en mode tout électrique pendant 2 ou 3 km en arrivant à destination. C’est un autre aspect du véhicule, il peut rouler en mode zéro émissions. En forçant ce mode EV vous rentrez chez vous sans réveiller personne.  

Sur autoroute 

Nous repartons pour un trajet autoroutier, coffre plein de matériel de camping pour un week-end aux Mobs Days, une course de mobylettes dont on vous parle bientôt. Le confort général est de bon niveau mais c’est côté consommation où ce Honda se fait remarquer. Et pas pour de bonnes raisons. Même en respectant les limitations de vitesses et en se calant à 130 km/h, difficile de descendre sous les 8,5 l/100 km. Une conso qui pourra flamber aux alentours de 10l/100 km/h si vous roulez plus vite. (En allemagne évidemment). 

Consommation : du bon et du moins bon 

Sur autoroute on l’a vu le Honda consomme autant qu’un véhicule essence équivalent. Mais le CR-V fera la différence en ville où il pourra flirter avec les 5 litres, ce qui est une très bonne valeur vu le gabarit. Dans les routes de campagne normande la consommation se tiendra entre 5 et 6 litres. Autre observation : entre le début et la fin de l’essai, la consommation a baissé d’un bon litre. Pas de miracle mais tout simplement une conduite qui s’adapte au fonctionnement de l’hybridation. Des utilisateurs réguliers de ce CR-V tournent autour de 5 litres sur le réseau secondaire. 

Après un mois passé en sa compagnie, voici l’heure du bilan. Il mériterait un système d'infotainment revu, ainsi qu’une présentation plus moderne.  Il sera plus adapté à des trajets quotidiens qu’à de longs parcours à cause de sa consommation sur autoroute. Mais les acheteurs de Honda n’achètent pas ce CR-V pour ces raisons. Ce SUV Honda se montre agréable à vivre au quotidien, intelligemment conçu, pratique et reposant à conduire. Dernier point : la fiabilité réputée infaillible des voitures de la marque. 

Nicolas Laperruque 

 

Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne Podomatic

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

 

 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


19 septembre 2020 Histoires d'essais

Essai Peugeot E-208 sur le circuit de l'Ouest Parisien

  Un tour au circuit de l'Ouest Parisien, ses bornes de recharges rapides nous permettent cette " aventure ". Nous avons été invité par Bruno Tondu, patron du circuit

> LIRE


11 mai 2020 Histoires de moto

Ducati Diavel 1260 S Méchante comme le diable !

C’est en 2011 que la DUCATI DIAVEL est apparue dans un paysage moto bien soporifique. Un véritable coup de pied dans la fourmilière qui n’est pas s’en rappeler l’esprit de la premi&eg

> LIRE


15 avril 2020 Histoires de moto

Essai Moto : HONDA CRF1000 DCT Africa Twin EP3/3 : "L'épreuve du quotidien"

A la fin des années 80, quand tu roules en Africa Twin tu annonces la couleur : celle de la Honda Racing Corporation (HRC). C'est un peu comme rouler en 205… Aux couleurs Peugeot Talbot Sport. Bref,

> LIRE


04 avril 2020 Histoires d'essais

Essai Auto : Ssangyong Korando 1.6 e-XDi, et pourquoi pas?

Nous avons passé une semaine en Ssangyong. Pourquoi? Parce qu’elles se font rares dans le paysage automobile français. Avec son nouveau Korando, le constructeur Coréen franchit un cap. 

> LIRE


30 mars 2020 Histoires de moto

Essai Moto : HONDA CRF1000 DCT Africa Twin EP2/3 A la source du mythe.

Thierry poursuit son voyage au guidon de l’African Twin. Dans ce second épisode, on revient aux origines du mythe.   Africa Twin EP1 Réglons le convecteur tempore

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter