24 avril 2021

Essai DS DS9 225 Puretech non hybride 2021

La DS9 est elle le meilleur Prix - Produit du segment premium ? Et oui enfin une marque Française lance une vraie berline haut de gamme. J’ai eu envie d’essayer cette auto et de savoir si, enfin DS était de retour. Même si la DS7 est déjà un bon début. 

Les essais grand public étant proposés avant les essais presse, je me suis dépeché de « booker « un essai en ligne. Mieux vaut en effet voir la voiture en vrai, la vue 360° sur le site est juste du bricolage et le catalogue déchargeable en ligne intègre des tableaux Excel peu compréhensibles. Après ma demande de rendez-vous en ligne, pas de retour, du coup je me permets d’appeler la concession la plus proche de chez moi, et là surprise, un vrai contact agréable et professionnel. Le jour du rendez-vous j’ai le plaisir de rencontrer mon contact téléphonique, vendeur DS de son état et un des garçons qui assure le road-show de présentation dans toute la France. Ils connaissent leur sujet. Echanger avec eux est intéressant, leurs argumentaires pertinents. Pas la caricature du « tout est bien «. Par contre une vraie déception, une seule voiture à l’essai, en 225 essence non hybride….

 

Vision Extérieure 

Elle fait un peu grosse 508, mais la DS9 est bien posée sur la route, avec une partie arrière ressemblant à la « queue de canard » Mercedes. En noir elle ne fait pas penser à un VTC mais plutôt à une voiture d’ambassade, ce qui est bien. La calandre nid d’abeille est sympa et la baguette sur le capot est plutôt un gimmick stylistique original. Rappel pour ceux qui n’ont pas suivi, la DS9 est de la taille d’une Mercedes classe E ou d’une Bmw série 5. Je ne suis certes pas tombé amoureux du design mais cela fait le job.

 

Ambiance intérieure

Contrairement à ce que j’ai pu dire suite à la lecture rapide de la brochure de vente, Il y a aussi un cuir noir pleine fleur haut de gamme en complément du bordeaux. Pour l’obtenir il faut choisir le pack cuir Opéra à 6 000 euro.  Dans ce pack vous avez le full cuir mais impossible de comprendre ce qu’il y a d’inclus d’autre avec. Toujours ce fichu catalogue un peu bricolé. Pour le reste, le cuir de la version essayée est vraiment très beau, j’ai hâte de voir une voiture avec un intérieure cuir noir pack Opéra. Les panneaux de portes ne sont pas en cuir mais cela ne choque pas pour autant. J’ai apprécié la couture « perlé « sur ces mêmes panneaux de portes, un détail qui contribue à faire de l’intérieur de la DS9 un vrai haut de gamme. 

La montre BRM est très jolie et se déploie comme sur DS7 au démarrage pour vous faire un joli clin d'oeil. Par contre je ne suis pas convaincu de la fiabilité à moyen et long terme de ce petit flip flap. Un autre détail le « clic » du bouton de démarrage qui est juste dessous sonne un peu « tchip «. Je suis fan des toits ouvrants et là comme sur pas mal de véhicules je suis déçu. Pas très grand et très large il ne s’ouvre qu’au 2/3. Comme c’est aussi le cas sur les véhicules concurrents il est un peu trop en arrière et ne permet pas d’éclairer comme il le fait pour les places avant. 

Dans la version essayée, les sièges arrière sont chauffants ET massant. une première sur une française. Sur le petit parcours que j’ai fait à l’arrière je les ai trouvés presque parfaits. Mais il faut hélas avoir un chauffeur pour en profiter. L’assise arrière est plate, assez large pour être 3 mais le dossier avec les sièges massant est un peu proéminant. Espérons que la version « de base « soit plus compatible avec de longs parcours à 3 à l’arrière. Un petit bouton sur le côté du siège avant passager permet de faire avancer le siège. Un peu gadget mais bien pratique aussi quand vous avez un adolescent avec de grandes jambes assis à l’arrière. Même si la ligne de toit est assez fuyante, la garde au toit reste raisonnable et ne donne pas de sensation « d’enfermement ». Le Coffre présente pour moi un volume trop réduit (500 l). Dans une grosse berline qui doit pouvoir se vivre à 5 un coffre de grande contenance est indispensable.Le coffre est de plus réduit par la présence des sièges massants et de l’ensemble hi-fi haut de gamme Focal optionnel.

Toutes les Vitres sont feuilletées pour améliorer l’isolation phonique, c’est réel et fait encore plus ressortir la qualité de l’ensemble Focal optionnel. Même avec l’équipement audio de base le son devrait rester parmi les références du segment. 

 

Electronique

Toutes les aides classiques sont là, mais l’on sent que la voitures a déjà quelques années en terme conception.  Tout n’est plus up to date mais rien de bien grave. L’essai est un peu court pour vraiment faire le tour de toutes les aides et interfaces mais tout ce que j’ai pu essayer était comparable à ce que l’on trouve dans un DS7, plutôt simple et intuitif. Par contre quid de l’Affichage tête haute que je n’ai pas vu alors que c’était encore il y a peu une des options phares chez PSA. La DS7 fait aussi étonnamment l’impasse sur cette option.

 

Au volant 

J’ai trouvé très vite ma position de conduite et après 45 mn au volant je ne « gigotais » pas. Plutôt bon signe pour des parcours plus long. Ma première envi était de faire de la voie rapide pour valider le confort et le toucher de route en grande courbe. C’est une confirmation, sur parcours autoroutier abordé à très bonne allure la voiture est très saine et équilibrée avec un léger sous virage à la limite. Quand l’on passe sur les petites routes la DS9 sans devenir une sportive n’est pas sous vireuse et pataude. Quel que soit le mode de suspension choisi (confort normal sport) la DS9 reste plutôt très bien suspendue, ni trop souple ni trop ferme. La caméra permettant la « lecture « de la route en mode confort semble assez efficace pour adapter la réponse de suspension à la qualité de la route. 

Le mode confort est souple mais sans engendrer un roulis trop important. C’est dommage qu’on ne puisse pas mixer, suspension sport et gestion de boîte confort. Je déteste toujours autant ces boites en position sport qui restent bloquées à 5000 tr/mn après une forte accélération alors que vous avez levé le pied. Sur le sec pas de problème de motricité même dans les virages serrés.  A confirmer lors d’un essai sur le mouillé et sur des routes vraiment dégradées. 

 

Moteur 

Eh oui le 225 ch. essence n’est pas un foudre de guerre. Si l’on tire les régimes il est bruyant, peu mélodieux et cela ne va pas beaucoup plus vite. Si l’on enroule, on retrouve des performances et un agrément sans être bruyant. La consommation est très raisonnable pour une grosse auto de 225 chevaux essence.  8,5 litres sur les 7 500 kms affichés sur l’ordinateur de bord. Et comme sur la DS7 si l’on fait de la ville et que l’on bascule sur la version hybride la moyenne devrait perdre un bon litre et demi de moyenne.  Par contre en basculant sur l’hybride, la capacité du réservoir passe de 60 litres à 45 litres. La version 360ch n’est pas encore homologuée, nous n’avons donc pas les chiffres de capacité de traction. J’espère que ce sera mieux que les 1500 kg de la 225 ch. essence et les 1300 kg de la 225 hybride.

 

Options et prix 

Il y a des options, des pack, des ambiances différents. Tout cela n’est pas très simple à comprendre. Peut-être deux niveaux d’équipements et deux couleurs/matières par motorisation aurait simplifié la compréhension et la gestion logistique. Les prix de l'auto s'étendent de 47 7000 à 68 400 €, ce qui la place sous les prix proposés par ses rivales Audi A6, BMW Série 5 et Mercedes Classe E.  

 

Les clients 

Et pour avoir discuté avec mes interlocuteurs en concession, une part de la clientèle intéressée est fort logiquement propriétaire de C5/C6 voulant la renouveler par une berline et non un SUV. J’ai été surpris que l’on me parle de client ayant un chauffeur et oui cela existe encore ! Et même s’ils roulent avec des modèles de marques étrangères, ils font rentrer la DS9 dans leur panier de réflexion. Objectif 10 000 ventes en Europe, mais je la verrais bien avec un badge Chrysler comme C5 X d’ailleurs.

 

Conclusion 

belle auto, plutôt bien finie et équipée, avec une tenue de route à la hauteur de la réputation du groupe. Le moteur 225 ch. un peu « utilitaire » et juste en puissance. J’attends avec impatience l’essai de la 360 ch. Pour cela il sera urgent d’attendre surtout quand l’on découvre que les premières livraisons ne se feront pas avant décembre et même plutôt janvier pour le 360 ch. DS9 est raisonnable et a un superbe intérieur, mais il lui manque un petit quelque chose pour nous faire complètement craquer. Peut être à l'occasion d'un long essai de la version 360 chevaux ? 

 

François Bouet 

merci à Olivier DENIS Conseiller Expert DS de Vélizy (78) pour son acceuil et son professionnalisme

 

 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


29 avril 2021 On en parle

Huawei Seres SF5 électrique LA voiture chinoise: 1000 km d'autonomie, 543 chevaux, 36 300 euro

C’est au salon de l'automobile de Shanghai 2021 que Huawei a présenté le résultat de son partenariat avec la marque automobile Seres. Leur première voiture, la Seres SF5 sera vendue

> LIRE


21 février 2021 Histoires d'auto

La grande épopée de la première Citroën DS aux USA 

La marque Citroën a toujours eu une relation particulière avec les Etats-Unis. Mais en 1955 quand le constructeur présente sa DS au Salon de Paris, l’heure est à l’euphorie. Alors po

> LIRE


27 février 2021 Histoires d'achats

Comment j'ai roulé en Citroën CX presque gratos

La CX représente beaucoup pour moi, mon père en a possédé 2 lorsque j'étais enfant, et comme tous les enfants, j'ai vomis dedans. Je l'ai longtemps détesté cet

> LIRE


12 janvier 2021 Histoires d'achats

Citroën AX Thalassa, la meilleure voiture du monde

Depuis que je suis journaliste auto, j’ai tout testé. De la Ford GT aux protos des années 50, de la Porsche Taycan à la Suzuki Ignis. Mais les voitures, c’est comme le grand amour. On n&r

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter