04 avril 2020

Essai Auto : Ssangyong Korando 1.6 e-XDi, et pourquoi pas?

Nous avons passé une semaine en Ssangyong. Pourquoi? Parce qu’elles se font rares dans le paysage automobile français. Avec son nouveau Korando, le constructeur Coréen franchit un cap. 

Korando,le modèle historique de Ssangyong 

Si aujourd’hui le Korando nous revient sous la forme d’un SUV compact de la taille d’un Peugeot 3008 ou d’un Renault Kadjar, il s’agit en fait de la 4ème génération d’un véritable baroudeur qui s’est civilisé au fil du temps. Avec cette nouvelle génération, le constructeur Coréen, contrôlé par le géant Indien Mahindra, veut profiter de l’engouement pour les SUV, qui ont représenté quasiment 40% des voitures de voitures particulières en 2019 en France. 
Si vous souhaitez en savoir plus sur Ssangyong, retrouvez l'histoire de son logo et son aventure sur le Dakar

Le petit dernier présente bien 

C’est au moment de Rétromobile que je prend possession de ce Korando de 2020. Après une semaine passée sur le stand du magazine Rétro Passion Automobiles, je dois quitter Paris pour ma Normandie. Direction Agon-Coutainville, à 345 km de la Porte de Versailles. La prise en mains est bonne, le Coréen présente bien, surtout dans cette finition haut de gamme. Loin des horreurs passées, le  design de la marque s’est assagit et est rentré dans le rang avec des proportions équilibrées et un dessin actuel.

A l'intérieur, l’ambiance est flatteuse. Le cuir est rehaussé de plastiques moussés sur la planche de bord et de touches de chrome bienvenues. Le grand écran central de 10 pouces fait forte impression et se voit accompagné d’une instrumentation entièrement digitale pour le conducteur. Nous roulons dans une voiture de 2020, rien à redire. Le Korando franchit un grand pas et n’a désormais plus rien à envier à ses concurrents asiatiques ou européens. On adore ou on déteste, notre modèle était doté d’un éclairage d’ambiance 3D sur les portes et la planche de bord. Entre chic absolu et décor de restaurant Chinois, nous vous laissons juges. Mais qu’en est-il sur la route? 

Douceur et bonne volonté 

Le modèle essayé aujourd’hui est doté du Mazout 136 ch. Je quitte la faune Parisienne en contournant le parc des expos pour monter sur le périph. Le volant, un peu grand me surprend mais tout est à sa place et je me sens bien dans ce SUV. Les montées en régime sont un poil sonores mais à vitesse stabilisée sur le périph ou sur l’autoroute, rien à redire c’est silencieux. La souplesse de la mécanique est une vraie force du Korando qui reprend sans rechigner dès 1500 tr/mn. Au premier péage, j’appuie à fond au lever de barrière, ce Korando offre une belle santé. C’est pas l’ordinateur de bord qui me contredira, lui qui affiche un petit 10 litres de conso depuis le départ. 

Le bond en avant de Ssangyong 

La partie châssis du Ssangyong fait également preuve d’une belle progression, à mille lieux des anciennes voitures de la marque.  Les suspensions proposent un bon compromis entre confort et tenue de route. Le Korando vire presque à plat, et montre un comportement rassurant et sécurisant. On est loin de la référence Peugeot 3008 en terme de plaisir de conduite, et d'efficacité, mais ce Korando n’a pas à rougir pour autant. On regrette le volant, au diamètre trop grand, qui nous ramène au début des années 90. A l’usage, on remarque également un start and stop peu discret et lent à la remise en route. Mais pour enquiller des bornes sur l’autoroute, cet engin est parfait. Une capacité à voyager renforcée par le volume de coffre de 551 litres. 

Un SUV qui intrigue 

Arrivés à destination, mon Korando et moi assurons le spectacle. Les vieux amis avec qui je passe la soirée sont pour le moins curieux de mon nouveau carrosse de journaliste auto. “Ssangyong?, ça existe ça?”, “C’est pas mal en fait”, “t’es puni, du coup ils t’ont filé ça?”

Si la première réaction est toujours bonne, il faut avouer que le nom de la marque en refroidit plus d’un. Pourtant, à 5 du mat, quand je ramène tout ce petit monde alcoolisé, dans mon beau Korando, le discours change. “Il est grand le GPS!”, “C’est fou ces éclairages sur le tableau de bord!”. Les enfants aussi ont l’air d’apprécier la présentation intérieure. Le Korando, pour l’apprécier il faut l’essayer. Mais est ce que l’essayer c’est pour autant l’adopter? 

Consommation 

Avec un nouveau moteur coupleux à bas régime, et accouplé à une boîte auto agréable et douce, notre Korando promettait beaucoup côté consommations. Après une semaine de test pendant laquelle nous avons effectué 1500 kilomètres sur tous types de terrain, la consommation moyenne s’élevait à 7,6 litres. Une valeur moyenne qu’il convient de relativiser par la nature de notre parcours et qu’il sera possible d’améliorer avec une conduite éco. Pour être tout à fait honnête j’ai pas cherché à faire d’économies. 

Qui va acheter ça? 

Pour la première fois Ssangyong propose un véhicule qui est ni daté, ni à la ramasse techniquement. Le Korando offre une belle présentation. L'équipement et le confort sont de très bon niveau alors que la partie mécanique et liaisons au sol viennent recoller au peloton des meilleurs SUV du marché. Le Korando est un bon compagnon de route, sécurisant et agréable. Il fait aussi preuve d’une vraie douceur de conduite sans négliger l’agrément.

On aurait aimé une mécanique un peu plus sobre et certains détails de finition plus soignés. Sans gros défaut, ce Korando s’impose comme une alternative crédible aux stars du marché. Reste à savoir qui achètera ça. Déjà il faudra trouver un concessionnaire. Mais pour qui prend la peine d’aller le découvrir, il y aura certainement, malgré le malus de belles affaires à faire dans les concessions du réseau. Une façon de rouler différent, sans pour autant en subir les conséquences. 

Présentation moderne
Comportement routier 
Confort 
Garantie 7 ans 


Détails de finition
Consommation moyenne 
Réseau clairsemé 
Malus de 2 544€

Fiche technique : Prix Korando 1.6 E-XDI 136
Cylindrée: 1.6L 4cyl. turbo
Puissance: 136 ch à 4000 tr/min
Couple : 324 Nm 
Boite de vitesse : Auto 
Vitesse max: 180 km/h
Consommation (urbaine / extra urbaine / moyenne):  5.40 / 4.90 / 5.00 l/100 km 
Consommation pendant l’essai : 7.6 l/100 km
Co2 :  172 g/km
Taille réservoir: 50 litres
Dimension (L/l/h): 4.45 / 1.87 / 1.62
Volume du coffre: 551/1248 Litres
Tarif : Gamme Korando à partir de : 22 990 €
Modèle essayé : Korando 1.6 Limited 1.6 e-XDi Limited : 29 990 € 

Nicolas Laperruque 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


26 mai 2020 Histoires d'essais

Nous avons fait le client mystère pour essayer le MG ZS EV, le SUV électrique de la marque Chinoise.

Avant un véritable essai mené par Niko nous vous proposons un premier contact avec le MG électrique. Comme le mode de distribution est novateur, nous avons fait le client mystère pour voir comm

> LIRE


11 mai 2020 Histoires d'essais

Ducati Diavel 1260 S Méchante comme le diable !

C’est en 2011 que la DUCATI DIAVEL est apparue dans un paysage moto bien soporifique. Un véritable coup de pied dans la fourmilière qui n’est pas s’en rappeler l’esprit de la premi&eg

> LIRE


15 avril 2020 Histoires d'essais

Essai Moto : HONDA CRF1000 DCT Africa Twin EP3/3 : "L'épreuve du quotidien"

A la fin des années 80, quand tu roules en Africa Twin tu annonces la couleur : celle de la Honda Racing Corporation (HRC). C'est un peu comme rouler en 205… Aux couleurs Peugeot Talbot Sport. Bref,

> LIRE


09 mars 2020 Histoires de logos

Histoire de logo : Ssangyong

On vous parlera très bientôt du dernier Korando de Ssangyong que nous avons pu essayer récemment. L’occasion de revenir sur l'histoire d’une marque peu connue chez nous et sur son l

> LIRE


04 mars 2020 Histoires d'essais

Essai moto Suzuki 1000 Katana, La fine lame

La Suzuki katana tient son nom du sabre japonais légendaire. Une arme affûtée et redoutable q’un maître Katana met des mois à fabriquer. Suzuki propose une moto audacieuse, pleine de

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter