11 janvier 2020

SSANGYONG, l'autre constructeur engagé au Dakar

Si je vous demande les constructeurs engagés au Dakar cette année, vous allez me répondre Mini, Toyota, voire Borgward qui engage une voiture également. Mais il y en a un autre, et il est Coréen. Après avoir reçu une photo du buggy prise par Sam, notre envoyé spécial au Dakar, on a décidé de vous en parler. 

Un buggy franco-espagnol

L’initiative d’engager un Ssangyong au Dakar n’est pas inédite et on la doit à l’importateur espagnol de la marque. Óscar Fuertes,  le pilote  a pris en 2018 la 32ème place avant de finir 33ème l’an dernier. Le champion d’espagne de rallye revient cette année avec un engin entièrement revu et son expérimenté co-pilote Diego Vallejo. Au départ de ce Dakar les ambitions sont revues à la hausse. Pour commencer on a confié à Sodicars la réalisation du buggy à châssis tubulaire. Parce que oui, évidemment cet engin n’a rien de commun, à part le logo avec un Korando de série. Au moins partagent ils un ADN commun de franchisseur avec la gamme Ssangyong. Ce n’était pas le cas des Peugeot 3008 DKR ou du buggy Mini qui ne disposent pas de vrai 4X4 dans la gamme. 

De nouvelles ambitions 

La marque Coréenne compte bien profiter de l’expérience accumulée avec les Tivoli DKR 2018 et Rexton DKR 2019 pour développer une toute nouvelle voiture apte à se rapprocher de la bagarre en tête. Côté technique, la nouvelle voiture est un buggy avec châssis tubulaire, propulsion arrière, moteur V8 et boite séquentielle.

Le buggy est plus large, plus haut, plus long que son prédécesseur. ll mesure 4,80 mètres de long, 2,3 mètres de large et 2,05 mètres de haut. L'empattement augmente également ce qui devrait lui permettre de gagner en stabilité à haute vitesse. En configuration course, le SsangYong Korando DKR pèse environ deux tonnes, mais est capable d'atteindre une vitesse de pointe de 195 km / h.
Le tout a été revu pour apporter une maintenance plus simple, et quatre vérins hydrauliques faciliteront les changements de roues. Le moteur est un V8 de 6.2 litres de cylindrée vraisemblablement américain. Il sort la bagatelle de 450 ch et 550 Nm de couple. 

Terminer le Dakar

L’objectif de l’équipage est avant tout de terminer le rallye pour la 3ème fois consécutive, tout en améliorant le classement. Ce qui signifie terminer dans les 30 premiers avec l’espoir d’un top 20. A la journée de repos et après une semaine compliquée, notamment à cause d’ennuis de santé de l’équipage, le Ssangyong Korando DKR pointe à la 25ème place à 6h05 du leader Carlos Sainz. Une performance conforme au tableau de marche mais loin des leaders et loin aussi des Buggy MD Rallye Sport ou Century. Mais qui sait, un bon résultat final pourrait peut-être décider la maison mère à s’engager plus officiellement dans le programme? 

Nicolas Laperruque 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


19 octobre 2020 Histoires de courses

La véritable histoire du Buggy Jules EP2

Cet article est en deux parties. Pour retrouver la première partie c'est ICI Episode 1  C’est donc un Team très remarqué et attendu qui se présente aux vérificati

> LIRE


17 juin 2020 Histoires de courses

Dakar 1994 : l'étape infranchissable

Aussi loin que je me souvienne,  le Dakar a toujours exercé sur moi une immense fascination. Si les premiers Dakars gardent une saveur particulière aux yeux des passionnés, les “Dakar moder

> LIRE


26 mai 2020 Histoires d'essais

Nous avons fait le client mystère pour essayer le MG ZS EV, le SUV électrique de la marque Chinoise.

Avant un véritable essai mené par Niko nous vous proposons un premier contact avec le MG électrique. Comme le mode de distribution est novateur, nous avons fait le client mystère pour voir comm

> LIRE


23 mai 2020 Histoires de courses

Le Paris-Dakar en Renault KZ 1926

C’est l’histoire de Daniel Nollan et de ses camarades engagés dans premier rallye Paris-Dakar, en 1978, avec une Renault KZ de 1926 baptisée « La Gazelle ».  Retrouv

> LIRE


04 avril 2020 Histoires d'essais

Histo Auto

Nous avons passé une semaine en Ssangyong. Pourquoi? Parce qu’elles se font rares dans le paysage automobile français. Avec son nouveau Korando, le constructeur Coréen franchit un cap. 

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter