04 mars 2020

Essai moto Suzuki 1000 Katana, La fine lame

La Suzuki katana tient son nom du sabre japonais légendaire. Une arme affûtée et redoutable q’un maître Katana met des mois à fabriquer. Suzuki propose une moto audacieuse, pleine de caractère, une fine lame dédiée à la route.


En 1981 Suzuki frappe un grand coup en dévoilant la Katana, elle ose alors ce qui deviendra sa signature, le phare carré dans le carénage. Une belle audace de la part du constructeur et une belle manière de se démarquer de la concurrence. Belle ou pas la Katana bouleversait le paysage moto des 80’S et la version 2019 respecte totalement son dessin tout en restant assez clivante. Pour ma part je me suis laissé envoûter par cette japonaise au caractère bien trempé.


Un mois à son guidon pour tomber totalement sous le charme de son look et de son moteur. 

Look

L’esprit du modèle d’origine est bien respecté, écopes, phare dans la casquette, lignes tendues, tout y est hormis les jantes, plus modernes ici et écran LCD à la place des deux compteurs à aiguilles. J’ai bien aimé le support de plaque déporté, cela ajoute du volume à l’arrière. Le nom Suzuki est inscrit en gros et en rouge sur le réservoir et un Katana est représenté sur chaque flanc. On retrouve l’inscription au centre du guidon. La moto est disponible en gris ou en noir.

Moteur

Suzuki n’est pas allé bien loin pour trouver un moteur à sa Katana puisqu’il est issu de GSX-S 1000, lui-même issu de la GSX-R 1000 mais ici avec “seulement” 150 ch (souvenez-vous de l’époque où nous étions limités à 106 ch). Un moulin exceptionnel qui n’a plus rien à prouver, de la puissance, de l’onctuosité, et du couple à bas régime.

Un modèle d’agrément une fois le dosage sur la poignée maîtrisé.  La plage d’utilisation optimale se situe entre 5000 et 8000 tr/min dans un bruit délicieux. Un moteur qui permet beaucoup de choses et dispense beaucoup de bonheur. J’étais un peu échaudé par la GSX-S mais finalement ce fût un réel bonheur à son guidon pendant un mois. La position beaucoup moins sportive y est bien évidemment pour quelque chose.


Comportement

Avec un tel moteur explosif la Katana se devait de proposer une partie-cycle au niveau. La réussite est complète puisque la moto se comporte avec rigueur et précision. La surprise n’est pas son fort et elle saura vous aider à dompter son moteur et à élever votre niveau de pilotage. On roule plus vite (sans dépasser les limites hein !), et on prend plus de confiance. La position de conduite vient faire le reste du job. La Katana roule vite et reste malgré tout confortable à mon grand étonnement.


Equipement 

La Suzuki Katana c’est l’éloge de la simplicité, pas de chichi, d’équipement superflu, de réglages sans fin et de trucs inutiles qui alourdissent la moto et l’addition. A part une assistance au démarrage par une simple pression sur le démarreur, un contrôle de traction (classique chez Suzuki) et un dispositif qui empêche de caler, rien d’autre. Et franchement à part un bon moteur et un excellent comportement de quoi auriez-vous besoin ?   


Au guidon

Au guidon de la Katana la douceur est de mise, le moteur reste discret à l’arrêt, les commandes sont douces (on regrette une commande d’embrayage réglable) et la position droite invite à enrouler les kilomètres. Une fois en route le moteur vient vous distiller un son rageur aussi jouissif qu’inattendu. La Katana n’a pas peur des kilomètres, encore une fois sa position droite et sa selle très confortable invite à rouler mais son réservoir ridicule vous renvoi aussitôt dans les cordes. Avec 12 litres l’organisation est de mise et j’ai réussi à me faire peur un dimanche sur un itinéraire bis normand. Pourquoi, mais pourquoi ? Il fallait bien lui trouver un défaut et celui-ci n’est pas des moindres. Sa cible c’est moi, jeune quadra (on se rassure comme on peut) ou quinquagénaire qui cherche la performance mais dans un confort relatif.

Duo

Avec une assise assez large et plutôt agréable le duo ne pose pas de problème malgré l’absence de poignées de maintien.

Consommation

Avec une utilisation mixte j’ai consommé 6,1 litres de moyenne, c’est très raisonnable en rapport aux performances de l’engin.

En conclusion

La Katana est taillée pour enrouler les courbes avec précision et confort une fois le mode d’emploi de la poignée de gaz assimilé.

Avec son look bien trempé elle ne laisse pas indifférente et attire la sympathie des passants. La Katana est proposée à 13.699 € en offre pour son argent même si certains trouveront l’équipement incomplet. Cette néo-rétro vient encore une fois bousculer le segment avec son esthétique forte et sa mécanique de caractère. Honda CB 1000R et Kawasaki Z900RS bien plus classiques peuvent trembler.

Jack Stouvenin 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


04 avril 2020 Histoires d'essais

Essai Auto : Ssangyong Korando 1.6 e-XDi, et pourquoi pas?

Nous avons passé une semaine en Ssangyong. Pourquoi? Parce qu’elles se font rares dans le paysage automobile français. Avec son nouveau Korando, le constructeur Coréen franchit un cap. 

> LIRE


04 avril 2020 On en parle

BMW R18, Cruiser Bavarois

BMW dévoile son tout nouveau cruiser aux lignes résolument vintage. Un modèle dans la pure tradition de la gamme R, style épurée et moteur Boxer. Et si cette nouvelle BMW était le

> LIRE


29 mars 2020 Histoires d'auto

Catalogues d'époque : Pourquoi les voitures Japonaises avaient-elles les rétroviseurs sur les ailes ? 

C’est un de ces détails caractéristiques qui fait que les voitures Japonaises ont longtemps semblé si différentes des européennes ou américaines. Ces voitures avaient les r&

> LIRE


26 mars 2020 On en parle

Offrez vous la moto de James Bond

Triumph proposera prochainement une série limitée de 250 exemplaires du Scrambler 1200cc, un modèle très proche de celle qu'utilise 007 dans le prochain film en salle cet automne : No Time

> LIRE


25 mars 2020 Histoires de courses

1968 : Le record inconnu de Stirling Moss en Suzuki

A la fin des années 60 en Europe, acheter une voiture nippone n’est pas un réflexe. C’est même considéré, au mieux comme une excentricité, au pire comme une connerie. P

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter