28 mars 2020

Aux origines de l'électrique chez Volkswagen, EP2 : l'Elektro Golf, Volkswagen branchée depuis 1976!

Bien avant de présenter son ID3, Volkswagen s'intéressait déjà à l’électrique. Retour sur l’histoire de la Golf à prise. Une histoire longue mais méconnue. L’occasion de rappeler que si VW entre aujourd’hui dans une nouvelle ère avec l’électrification de tous les modèles de la gamme entre 2020 et 2030, cette préoccupation ne date pas du DieselGate.

Episode 1 : Le Combi électrique

Choc pétrolier

L’histoire est un éternel recommencement. On l’oublie souvent mais les premières automobiles étaient souvent propulsées par des motorisations électriques, à l’image de la “Jamais contente”, première voiture à dépasser la barre des 100 km/h. Rapidement supplantés par des véhicules à motorisation thermique, les voitures électriques vivront une longue traversée du désert, seulement ponctuée par de fréquents sursauts.

Qu’est ce qui pouvait donner envie à Volkswagen en 1976 de lancer l’étude d’une Golf à batteries ? Véritable séisme à l’époque, le choc pétrolier de 1973, sur fond de Nixon, d’accords de Bretton-Woods et de Cartel de l’Opep, provoque une hausse sans précédent du baril de brut et une panique mondiale. Chez les constructeurs, on cherche des solutions pour continuer à vendre des voitures. Les constructeurs américains commencent à s’intéresser aux modèles plus petits et économiques.

En Europe, où les constructeurs sont traditionnellement présents sur les petits modèles, on ne reste pas les bras croisés, et la crainte que le prix du pétrole ne baisse pas force Volkswagen à explorer de nouvelles pistes. D'autant plus qu'à l'époque la marque s'est déjà penchée sur le problème avec Le Combi électrique . 

Elekro Golf

La première Golf électrifiée voit le jour en 1976. Comme sur les dernières e-Golf, riien ou presque ne la distingue du modèle essence. C’est une Golf première génération. Maintenant, débarrassons cette Golf de son petit 4 cylindres essence, remplaçons le par une traction électrique, remplaçons le volume du coffre par de volumineuses batteries au plomb et vous obtenez une Elektro-Golf.

La Golf était une voiture légère, entre 800 et 900 kilos, mais ça ne suffira pas à faire de la version Elektro un foudre de guerre. Son modeste moteur de 27 chevaux lui permettait d’atteindre la vitesse vertigineuse de 80 km/h ! L’autonomie était annoncée à 50 km, probablement obtenue à une moyenne bien plus modeste. Si cela paraît inconcevable sur une voiture électrique moderne, cette première Elektro-Golf possédait une boîte manuelle à 4 rapports. Il existe très peu d’infos aujourd’hui sur ce modèle, y compris chez Volkswagen et nous ignorons le temps de charge pour un plein.

Loin d’être un simple prototype de salon, l’Elektro-Golf sera tout de même produite à 20 exemplaires. La plupart d’entre eux seront utilisés au sein même des usines VW mais aussi confiés à des employés pour faire des trajets sur route ouverte. Ainsi, nombreux sont les ouvriers ou ingénieurs de la marque à rentrer chez eux en Golf à piles puisque l’expérimentation durera au moins 10 ans, jusqu’en 1986, permettant de récolter un maximum d’informations sur les batteries, les moteurs électriques et l’autonomie.

Golf 2 Citystromer

Les enseignements de la première génération de Golf électrique ne resteront pas vains. En 1984, Volkswagen avec l’aide de RWE (fournisseur d’énergie allemand, comparable à EDF) lance la seconde génération. Officiellement il s’agit du premier véhicule électrique produit par Wolfsburg. En effet, si l’Elektro-Golf était un prototype, cette Citystromer est inscrite noir sur blanc au tarif. Elle est basée sur la seconde génération de Golf et coûte la bagatelle de 45 000 DM. Le moteur développe 18.5 kW, associé à une boîte à 4 rapports. Comparé à la première génération, la vitesse progresse et il est désormais possible d’atteindre les 100 km/h en pointe !

A partir de 1985, elle est équipée d’un tableau de bord digital du plus bel effet. La batterie est composée de 16 éléments à technologie électrolyte gel, disséminés sous les sièges arrières et sous le plancher du coffre. Utilisée principalement par les services publics, elle bénéficie en Allemagne d’un programme d’aides portant sur “les nouvelles technologies pour le transport routier”. Elle sera tout de même produite à 100 exemplaires, voire même 120 suivant les sources. Certaines d’entre elles continuent de rouler aujourd’hui et sont bichonnées par des collectionneurs allemands qui ne semblent pas s’émouvoir de leur autonomie de 40 kilomètres en hiver.

Golf 3 Citystromer

Il faudra attendre 1993 pour voir arriver la troisième génération de Golf électrique. Cette génération basée sur la Golf 3 évidemment, est développée avec l’aide du géant Siemens. Siemens fourni le moteur, le contrôle de traction et un convertisseur. L’objectif de cette collaboration étant d’améliorer les compétences du moteur électrique. La capacité de la batterie est augmentée à 180 Ah, tandis que le poids de la voiture est réduit de 96 kilos. Varta, le roi de la pile, fournira les batteries et la gestion de celle-ci. Cela permet à la Golf de franchir un cap et d’utiliser des solutions modernes. Ces améliorations permettent à la Golf de parcourir 90 km entre chaque “plein”.

Une fois vide, il suffisait d’une heure et demie et d’une prise domestique pour la recharger à 80 %. Cette génération adopte pour la première fois des batteries au lithium. Par rapport aux batteries au plomb, le poids des batteries passe de 500 à 250 kilos. Si les premiers modèles produits seront avant tout destinés à des expositions, dès 1995 elle fera le bonheur de clients tels que Deutsche Telekom. Les performances font encore un bond par rapport à la précédente génération, avec une vitesse de pointe de 130 km !

L’autonomie en ville est annoncée à 80 km. En 1995, le prix était de 49500 DM, ce qui ne l’empêchera pas de se vendre à environ 300 exemplaires. En 1997, VW prend la décision d’arrêter les frais et dès l’année suivante la Citystromer quittera les chaînes de production. Difficile de dire combien il en reste aujourd’hui. Si le constructeur annonce une production de 300 exemplaires, la légende dit que la plupart des premières séries destinées à des expositions ou des présentations statiques furent mises au rebut.

Volkswagen débranche la prise

Les 4ème et 5ème générations de Golf n’auront pas le droit à une variante électrique. Evidemment il est assez simple de comprendre que le cout de développement rapporté aux quelques dizaines voire centaines de véhicules produits ne pouvaient pas rentabiliser l’affaire. Il faudra attendre la Golf 6 pour voir réapparaître une version 0 émissions. L’architecture modulaire de cette génération permettant d’adopter n’importe quel type de motorisation. La Golf 8 ne disposera pas de variante 100% électrique, le rôle de la compacte électrique étant confié à l’ID3. 

Nicolas Laperruque

Retour

Ces histoires sont pour vous :


21 juin 2020 On en parle

Cox Girl du vendredi ( livraison Dimanche car en panne sur la route ...)

Cox, Californie et bikini ...           {popup_IMG9

> LIRE


12 juin 2020 Histoires d'auto

1990, Hyundai se lance dans l'électrique, et est le seul à y croire

Hyundai fête cette semaine les 30 ans de sa première voiture électrique. L’occasion de revenir sur l’histoire inconnue des Hyundai branchées. Aujourd’hui le constructeur C

> LIRE


27 mars 2020 Histoires d'auto

Aux origines de l'électrique chez Volkswagen, EP1 : Buzz l'éclair, le Combi électrique !

Vous aussi vous en avez marre d’attendre l’arlésienne? Le fameux Combi électrique, promis depuis trop longtemps n’en finit plus de se faire attendre. Pourtant le Combi électrique exi

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter