22 juin 2020

George Best ballon d'or 1968 : J'ai claqué beaucoup d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures de sport. Tout le reste, je l'ai gaspillé

Même si vous n’êtes pas passionnés par le football, il y a de grandes chances que le nom de George Best ait déjà résonné à vos oreilles. Né en mai 1946 à Belfast, en Irlande du Nord, il est considéré comme l'un des plus grands attaquants de l’histoire. Sa vivacité et son sens du dribble exceptionnels le rendront célèbre. Sa vie et son goût prononcé pour l’alcool, les femmes et les voitures en feront une légende.

Retrouvez la version audio ( Podcast de cet article à la fin de cette page )

Tout débute en 1961. George Best n’a alors que 15 ans lorsqu’il se fait découvrir par Bob Bishop, recruteur pour le compte de Manchester United et est invité à passer une semaine dans le club. Il n’aura fallu finalement qu’une matinée pour que Bishop soit conquis par le talent du jeune prodige. Le soir même, George est de retour chez lui. La légende raconte qu'il avait rendez-vous avec une jeune rousse aux yeux enjôleurs… Du Best tout craché. Les mois passent dans le centre de formation, et il dispute son premier match en tant que professionnel sous les couleurs de l'équipe première de Manchester United en septembre 1963, à 17 ans et 4 mois. Dès son premier touché de balle, il ridiculise sont adversaire Graham Williams.

Entre 1965 et 1967, il offre à son club deux titres de champions d’Angleterre. L’Europe le découvre en mars 1966 où il réalise un doublé historique face au Benfica Lisbonne. Son but en finale de la Coupe d’Europe 1968, offrant la première victoire d'un club anglais dans le championnat confère à Best le statut de célébrité. Premier footballeur à acquérir un statut de pop-star, Best est rapidement surnommé le « cinquième Beatles » ou le « Beatles à la gueule d'ange » par les tabloïds britanniques. Il est aussi le premier footballeur à avoir tourné dans des publicités. Son succès est tel que la Royal Mail doit affréter hebdomadairement une camionnette pour acheminer les quelques 10 000 lettres de fans destinés au jeune prodige. Tout le monde l’adore. Les femmes bien sûr, mais aussi les hommes. On ne jalouse pas George Best, puisqu’il ne joue pas dans la même catégorie que le commun des mortels.

Son nouveau statut de superstar lui permet tous les excès. Sa vie privée va petit à petit prendre le pas sur sa carrière sportive. L’Irlandais est de toutes les fêtes. Il est courant de le retrouver un verre dans une main, une femme dans l’autre. Il est l'ami de tous les fêtards.

 

Sa conception de la vie donnera naissance à des citations piquantes :

« J'ai claqué beaucoup d'argent dans l'alcool, les filles et les voitures de sport. Tout le reste, je l'ai gaspillé »

« En 1969 j'ai arrêté les femmes et l'alcool, ça a été les 20 minutes les plus dures de ma vie »

« Si j'avais été moche, vous n'auriez jamais entendu parler de Pelé »

« Mon rêve, c'était d'éviter la sortie du gardien, de m'arrêter juste avant la ligne de but, de me mettre à quatre pattes et de pousser le ballon de la tête dans le but. J'ai failli le faire contre Benfica en finale de la Coupe d'Europe 1968. J'avais dribblé le gardien mais, au dernier moment, je me suis dégonflé. J'ai eu peur que l'entraineur fasse une crise cardiaque ! »

« J'ai dit un jour que le Q.I. de Paul Gascoigne était plus petit que le numéro de son maillot et il m'a demandé : "Qu'est-ce qu'un Q.I. ?" »

En parlant de Cristiano Ronaldo : « Pendant des années, j'en ai vu défiler, des "nouveaux George Best". C'est la première fois que je prends ça pour un compliment »

En parlant d'Éric Cantona : « Je rendrais tout le champagne que j'ai bu pour jouer un match européen avec lui à Old Trafford »

 

Le déclin

Il délaisse les entraînements et présente de plus en plus de signes d'énervement sur le terrain. Il n'hésite plus même à entrer saoul sur celui-ci. Il est suspendu en janvier 1970 pour avoir arraché le ballon des mains d'un arbitre. À son retour quatre semaines plus tard, il marque six des huit buts de l’équipe. Ses excès le font virer de Manchester United quelques mois plus tard. Après quelques apparitions dans des clubs de seconde zone en Europe et aux Etats-Unis, il prend sa retraite à 37 ans.

George Best quitta le monde des hommes en 2005 pour rejoindre le paradis des footballeurs à la suite d'une infection pulmonaire causée par son amour de toujours, la boisson. Il n'avait que 59 ans. Ses obsèques nationales à Belfast, portées par le son de The Long and Winding Road des Beattles, furent suivies par plus de 300 000 personnes. Soit près de 80% de la population de la ville.

 

Une certaine passion pour l'automobile

Tout au long de sa carrière, George Best s'affichera au volant de luxueuses allemandes ou de sportives britanniques, assouvissant sa passion pour les belles mécaniques. Bien que mondialement célèbre, il semble être passé juste avant l'engouement médiatique du football, très peu de photos de lui et de ses belles carrosseries ont été publiées.

 

Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur George Best, voici les moments clés de sa carrière :

 

- Vainqueur du Championnat d'Angleterre en 1965 et 1967

- Deuxième du Championnat d'Angleterre en 1964 et 1968

- Meilleur buteur du Championnat d'Angleterre en 1968 avec 28 buts

- Vainqueur de la Coupe des clubs champions européens en 1968

- Vainqueur du Charity Shield en 1965 et 1967

- 37 sélections pour 9 buts avec l'Irlande du Nord

- Élu Ballon d'or en 1968

- Élu 3ème au Ballon d'or en 1971

- Élu meilleur joueur irlandais du siècle par IFFHS (International Federation of Football History & Statistics)

- Élu meilleur joueur du siècle de Manchester United par IFFHS

- Élu 16ème joueur mondial du siècle par IFFHS

- Meilleur buteur du championnant d'Angleterre en 1968

- Nommé au FIFA 100 en 2004

 

 

Raphaël Crabos

- Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne Podomatic

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

<>

Retour

Ces histoires sont pour vous :


22 décembre 2020 Histoires de courses

Ce jour là une auto : Claude Brasseur et le Paris Dakar

Quand je pense à claude brasseur, il me revient deux histoires en rapport avec le Dakar. La première sur les raisons qui l'ont fait participer avec Jacky pour la première fois au D

> LIRE


25 novembre 2020 Histoires d'auto

Cette Rolls-Royce avec un V12 de 27 litres et 1000 ch a réellement existé. Et ça n’a pas plu à tout le monde. 

C’est l’histoire dingue d’une Rolls-Royce pas comme les autres. Avec son moteur d’avion, sa rareté, et sa puissance démentielle, cette voiture avait tout pour devenir une lége

> LIRE


07 novembre 2020 Histoires d'auto

Apéro Auto 11 avec Eric Jean-jean le bien connu animateur d'RTL ET RTL2

Eric est fan de moto, avec plaisir nous avons parlé de road trip dans L'Himalaya, l'Atlas Marocain ou en Israël en Royal Enfield, Honda et Triumph. Mais aussi de notre jeunesse en 50CC, Ciao, 103 SP et compagnie.

> LIRE


09 octobre 2020 Histoires de courses

La véritable histoire du Buggy Jules EP1

Cela faisait longtemps que l'on voulait revenir sur l'histoire du Buggy Jules de Thierry de Montcorgé sur Road-Story. Alors pourquoi ne pas s'adresser directement à son concepteur? Et pour faire

> LIRE


07 septembre 2020 Histoires de courses

Il passe ses week-ends à conduire des F1 (+ Vidéos)

Imaginez la Lotus F1 de Jim Clark en 1967, mais totalement neuve. Imaginez ensuite qu’un de nos amis décide de courir avec en historique, et que pour l’occasion il partage le stand avec Henri Pescarolo

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter