01 octobre 2021

J’ai vu « No Time To Die « en avant-première

Invité à voir « No Time To Die « en avant-première par Jaguar-land Rover ARC DE TRIOMPHE, je me suis trouvé deux missions : vous donner un avis éclairé sur le film et aussi vous raconter les différentes apparitions des Jaguar et Land-Rover dans les films de l’espion britannique. 

Et oui j’ai regardé pour vous tous les James Bond et j’ai extrait tous les passages où il y a des Land et des Jaguar. J’ai un peu triché, c’est vrai en utilisant le super site https://www.imcdb.org. Je vous vous le dis tout de go, de tout temps et pas seulement depuis que la franchise est copine avec Jaguar / Land-Rover, la production des films de l’espion aux grands yeux bleus a collé des Land partout. Ce n’est au fond, qu’un juste retour des choses pour Land Rover. 007 se promène dans des contrées plus exotiques les unes que les autres et depuis presque 70 ans le Land crapahute lui aussi dans le monde entier. Sa simplicité et sa robustesse ont aussi contribué à le retrouver usé « jusqu’au trognon » de par le monde.

Le Def apparaît 11 fois dans les films de James et c’est « Casino Royal » qui est le plus gâté dans cette affaire avec trois apparitions. C’est une version très rétro, elle, que l’on retrouve dans « You Only Live Twice «, « Quantum of Solace » ou « The Living Day Light ». Mais pour ma part je le trouve top beau dans « Die Another Day », où les méchants ont bien de la chance d’avoir cette « Vieille » version.  Il est presque moderne dans « World Is Enough « conduit par Pierce et un peu « tapé » en version ambulance trainant en arrière-plan dans le même film. 

Dans « Spectre » il est ultra modifié avec de grandes roues et un châssis surélevé et ultra classe, tout noir dans « Casino Royal ». C’est le modèle en production à l’époque mais ce sont des méchants qui l’utilisent ce coup-ci…

 

 

Après avoir parlé de Land Classic, nous pouvons, que dis-je nous devons parler du Range Classic. Et oui il y en a eu, dont une superbe version cabriolet dans «Octopussy ».  Dans « Living Daylight » le Classic retrouve son « habitat « naturel devant un château So british. Il faut oublier son apparition dans « A View to A Kill « où sa couleur ne lui rend pas vraiment hommage. Et enfin, comment ne pas évoquer le 5 portes noir Beluga identique au mien qui finit bien mal dans « No Time To Die ».

Pour les versions suivantes de Range-Rover, il faut avouer que c’est un peu le désert : point de P38, un malheureux L322 dans « Die Another Day » et c’est tout. Par contre on voit beaucoup un Range Sport dans « Quantum of Solace », je ne ferais pas de remarque sur celui qui apparaît dans « Casino Royal » …A la couleur si… beurk !!!

 

Coté Jaguar c’est moins fourni, M roule en XJ dans « Spectre », une XJ Supercharged italienne traverse l’écran dans « Casino Royale », où une S-type semble perdue en arrière-plan sur certaines scènes. Et pour finir nous avons droit à une superbe XE SVR dans « No Time To Die «. Er comment ne pas oublier les XKR de "Die Another Day"

 

Voilà ma transition pour vous parler de cette avant-première « No Time To Die «. C’est bien agréable d’arriver devant un cinéma des Champs-Elysées et découvrir un des Defender qui a tourné dans le film, posé sur le trottoir de la plus belle avenue du monde.  « Il a pris cher » mais il roule encore !!

Passage par un «  photo-call » à l’entrée, un Coca, quelques amuses bouche et l’on rentre dans la salle et dans le vif du sujet. Avant le film lui-même, le public a droit à deux vidéos en guise de hors d’œuvre. Le premier est le making-off du record du Range Sport qui grimpe les 999 marches de la « porte du paradis » à Tianmen Mountain. La deuxième vidéo retrace l’histoire personnelle du patron d’Arc de Triomphe, sobre, classe et touchant, on est bien dans l’ambiance 007.

 

 

Je vous préviens tout de suite, ce derniers James Bond n’est pas de la même veine que ses prédécesseurs, C’est le plus long de tous (2H45), le rythme est moins emballé que dans les précédents opus et Bond a évolué.  Bond a même vieilli, mais il l’assume, il est plus romantique, il exprime sa sensibilité. Et Il picole sacrement !!! Cela fait du bien, d’être dans un film moins « bien-pensant « que par le passé. 

Mais rassurez-vous, il a des choses qui ne changent pas et même qui se renforcent. Il y a de la « caisse », de la « bagnole », des poursuites et des cascades en moto et en auto. Mais tout cela est redevenu plus réaliste, 007 est moins un super héros, il est redevenu Bond et je ne vais pas m’en plaindre. Si c’est un Bond un peu différent avec moins d’actions outrancières, il y a toujours des Bond Girls. Et celle qui m’a tapé dans l’œil, c’est Ana de Armas qui illumine l’écran, elle est plus James Bond que le 007 du début du film (vous comprendrez en ayant vu le film)

Et les autos dans tout cela me direz-vous ? Le film débute sur un Bond « à la retraite « qui vie sur une ile de rêve et roule dans un Land 90 rétro de toute beauté, on le comprend bien. Les survols de la DB5 qui semble surfer sur les petites routes de montagne grecque, nous offre quelques images splendides. Dieu que c’est beau la Grèce et l’Acropole, Dieu que c’est beau une DB5. Notre James retrouve aussi une Aston Martin Vantage V8, coordonnée à la couleur de son smoking, là aussi la bête est craquante, et quand Madeleine (Léa Seydou) en prend aussi le volant, un grand bonheur visuel nous envahi. 

Après le luxe, les femmes, et les images de carte postale, je vous rassure nous avons droit à une poursuite entre la DB5 et des méchants. Ils sont bien équipés, Lancia Thesis, Maserati Quattroporte, Range Classic, que du bon pour tous les fans d’auto.

Et comme il faut bien caser des Land Rover, c’est le nouveau Defender qui s’y colle et a droit à une belle poursuite contre un vieux Toyota Land Cruiser. La lutte est bien inégale même si c’est James qui pilote le Toy.

Et pour finir on nous montre furtivement dans l’atelier de Q une Walkyrie que l’on aurait bien voulu voir rouler avec James au volant.
Le générique de début et de fin est un vrai générique à la James Bond, cela aussi contribue au « package » global d’un bon 007. Et puis la musique est elle aussi capitale dans un James Bond : tout au long du film on entend de nombreuses déclinaisons du thème « James Bond » connu dans le monde entier. Un très beau "Dans la ville endormie" par Dalida se fait entendre au moment où la romance prend le pas sur l’action.

 

 

Le film se termine avec la chanson de Louis Armstrong (We Have All The Time in The World), bande originale de “ Au Service Secret De Sa Majesté” ou déjà Bond perdait la femme qu’il aimait …. 

François Bouet 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


09 novembre 2021 Histoires d'auto

On vous dit tout sur le nouveau Range Rover 2021

Le nouveau Range Rover est arrivé, enfin presque, car les disponibilités sont … lointaines. Nous allons essayer de vous donner beaucoup de détails sur cette nouveaut&eacute

> LIRE


18 octobre 2021 Histoires d'essais

Essai Jaguar F-Pace 2021 P400e Hybride rechargeable PHEV

La Jaguar F-Pace a reçu un face-lift majeur en 2021, et peut bénéficier d’une option spécifique à Jaguar Land Rover, le Noise Cancelation System. C’est une bonne occasion po

> LIRE


09 octobre 2021 On en parle

Célèbrez le 60ème anniversaire de la Jaguar Type e !

la Type E a 60 ans et c’est bientôt noël !! il faut préparer les cadeaux de Noël. Ce livre peut être acheté avec des " goodies" très sympatiq

> LIRE


26 septembre 2021 Histoires de design

Histo Auto

De Goldfinger à « No Time To Die », Bond n'a jamais été très loin de son Aston Martin DB5. The Little Car Company a déjà dans sa gamme une mini DB5 &eac

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter