09 janvier 2021

Ford Explorer 2020, l’hybride qu’il fallait inventer 

Le Ford Explorer a une énorme qualité: il a un excellent rapport qualité-prix. Vous avez une grande famille, vous partez souvent en vacances avec elle, vous avez des activités qui nécessitent de tracter et vous aimez avoir des chevaux sous le pied ? L’Explorer est fait pour vous. 

Rappel, pour 77000€ (hors remise), vous ne payez pas de malus (3,1 l/100 km et 71 g/km de CO2 à l'homologation), pas de TVS et vous pouvez recharger sa batterie au bureau ou à la maison pour faire 40 km en tout électrique. Quand le mode électrique vous déprime vous appuyez et… vous avez 457 chevaux avec un bruit de 6 cylindres qui chante plutôt bien.  Et la Consommation dans tout cela ?  Dans les 8 litres mini en mode hybride et 12 litres en full essence. Plutôt raisonnable pour un véhicule de plus de 5 mètres (20 cm de plus qu’un Espace 5) et qui peut tracter 2.5 tonnes. 

Extérieur : La classe Américaine

La calandre est sympa, juste ce qu’il faut pour être fier de sa caisse sans pour autant avoir des remarques en arrivant chez des clients. Les 4 échappements font aussi pour la petite touche sportive. Surtout que ce ne sont pas de fausses sorties comme sur beaucoup de SUV.

 

Intérieur : ce qu’il faut 

Plutôt pas mal fini, en tout cas rien de roboratif. Les plastiques sont moussés aux bons endroits, les sièges sont en cuir (la face avant seulement comme chez les concurrents, Allemands compris). Je ne suis pas de ceux qui tombent en pamoison face à une Audi. Donc la qualité perçue de l’Explorer me suffit. Payer 20% de plus pour avoir de "beaux plastiques", c‘est super. Mais je préfére avoir des équipements et des chevaux plutôt que du plastique "piano black" de chez Volkswagen. 

En tout cas l’équipement intérieur est pléthorique : cuir siège électrique à mémoire, massant, et chauffant (devant et derrière). Sans parler du volant lui aussi chauffant, du toit ouvrant, etc… Seul regret, le toit ouvrant est bien mais un peu trop placé en arrière. Un défaut qu'on retrouve chez pas mal de constructeurs.  La troisième rangée de siège se rabat électriquement. Pour rabattre la seconde ... il faut avoir fait polytechnique. Ce n’est pas la même façon de faire pour le siège du milieu et les deux latéraux. Comment faire compliqué quand on peut faire simple. Un autre défaut récurrent chez les constructeurs auto, La notice est mal faite, mal traduite, avec un index minimaliste. 

Interview d'Olivier, un des premier propriétaire de Ford Explorer en France

Olivier Propriétaire d'un des tout premier Ford Explorer français

 

De l’électronique partout 

L’interface est plutôt intuitive, les boutons physiques à votre disposition sont ceux qui sont utiles et le reste est sur le grand écran. Un regret, le grand écran est haut : on ne peut pas tapoter dessus en laissant le coude pose sur l’accoudoir. On a d’ailleurs du mal à poser les coudes, les accoudoirs sont loin, je n’ai pas le gabarit « cow-boy ». La sono avec 14 Hauts parleurs est plutôt réussie. En tout cas au niveau de ce qui se fait de mieux à la concurrence. C’est possible d’écouter de la musique classique sans problème, une bonne insonorisation générale contribuant au un bon confort d’écoute.  On peut régler la sensibilité de toutes les Assistances:  quitte à les mettre presque à zéro. C’est bien, les réglages restent à chaque redémarrage : merci Mr Ford.

Châssis, freins, tenue de route

Si la caisse ne prend pas trop de roulis et que l’arrière ne s’écrase pas quand on est chargé, j’ai trouvé la suspension avant trop souple. Si on attaque fort on arrive à aller en butée. Il faut avouer que mon style de conduite, n’est pas trop typée « éco-conduite » comme dit Niko.  Il faut reconnaître que l’on arrive aussi à ces limites car le moteur vous incite à rouler un peu fort et que la tenue de route n’est pas pataude pour un bébé de 2,5 tonnes. Je vous le dis, les qualités de l’Explorer font oublier ses petits travers. J’espère que Ford proposera la suspension pneumatique disponible en accessoire aux USA: seule option manquante à la bête je trouve. Côté freinage rien à dire, je n’ai jamais réussi à le mettre en défaut même en conduite dynamique. La récupération d’énergie est peu perceptible, mais elle est efficace.

Moteur-boîte 

Une fois la batterie rechargée à la maison, vous disposez de 40 km d’autonomie en électrique.  Quand la batterie est épuisée, votre motorisation est full thermique mais la batterie se recharge tout de même.  Ainsi près de 30 % du kilométrage fait avec la batterie à zéro se fait sans l’aide du moteur essence. Dès que vous levez le pied, on se retrouve en électrique. Conclusion, une consommation de 8 litres en parcours mixte « pied léger » devient super raisonnable. La boîte 10 vitesses fonctionne très bien et ne donne pas l’impression d’être perdue même quand vous changez de style de conduite. 

Pour le moteur, il chante et il pousse. Si vous l’essayez, vous serez charmés. Dieu que c’est bon un gros moteur essence. On se met à rêver d'un moteur Flexfuel permettant de rouler, tout en conservant la garantie, à l'E85. Mon petit doigt me dit qu'une gamme complète de modèles Ford E85 arriverait fin janvier. A suivre. 

Seul défaut la trop grande sensibilité de la pédale d’accélérateur en mode électrique. Ultra sensible en électrique, la réponse à la pédale est aussi très différente entre le mode électrique et thermique. Pas du tout facile de faire un créneau en marche arrière et en côte en tout électrique. Je ne vous parle pas du parc-assist: je n’ai jamais réussi à le faire marcher mais je suis nul sans doute…

Conclusion 

Ce n’est pas souvent le cas, mais j’ai rendu ce Ford Explorer avec regret. Il a beaucoup de qualités.  Ses défauts se font oublier face à son excellent rapport qualité-prix. Si vous avez des enfants et un budget auto à Plus de 70 000 euro l’Explorer doit être dans votre shopping-list.

Une capacité de chargement énorme 

Francois Bouet

PS: Merci à Olivier pour le temps qu'il m'a consacré, vous avez pu le voir un vrai fan de Ford, il personnalise même des vêtements via sa société aux couleurs de Ford 

Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne road story

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

Retour

Ces histoires sont pour vous :


11 décembre 2020 Podcasts

podcasts histoires de Dingo

La rubrique de Dingo où il nous raconte ses histoires de photos

> LIRE


22 septembre 2020 Histoires d'essais

Spécial Japon EP4 Suzuki Swift Sport, la GTI moderne

Les petites GTI abordables et performantes se font de plus en plus rares. Normes, malus, autophobie, il ne fait pas bon chercher à se faire remarquer chez les citadines. Nous avions aimé la Suzuki Swift Spo

> LIRE


12 septembre 2020 Histoires d'auto

La Police américaine dit au revoir à la Ford Crown Victoria 

Ford avait cessé de produire ce modèle en 2011, mais la Crown Victoria était toujours la voiture de police US par excellence. Aujourd’hui la California Highway Patrol vient de retirer le dernie

> LIRE


03 septembre 2020 Histoires de courses

16 records du monde en Focus, le défi de l’écurie Ford France. 

Promouvoir un nouveau modèle fait parfois figure, pour les constructeurs de véritable casse-tête. Entre campagnes de promotion, essais presse, engagements en compétition, et événe

> LIRE


29 août 2020 On en parle

Apéro Auto Fabrice Devanlay Directeur des Relations Publiques Ford

Nouveau rendez-vous sur notre Podcast, Fabrice nous raconte comment il est devenu champion du monde FIA et comment il a réussi à faire tourner des Ford GT sur le circuit d'essai secret de Michelin

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter