19 mai 2020

The Gentleman’s Wager, une Delahaye chez les Walker

En 2015, la marque de whisky Johnnie Walker dévoilait un court métrage intitulé « The Gentleman’s Wager ». Jude Law et Giancarlo Giannini jouaient les rôles principaux, aux côtés de l’actrice chinoise Zhao Wei. The Gentleman’s Wager met en scène une compétition entre deux hommes pour remporter une légendaire Delahaye 135S. Une voiture d'exception entre les mains de la famille Walker depuis les années 30. Retour sur l’histoire d'une auto pas comme les autres.

Retrouvez la version audio ( Podcast de cet article à la fin de cette page )

 

Il faut remonter au milieu du 19ème siècle pour voir naître l’une des plus célèbres marques de whisky. John « Johnnie » Walker vend alors du whisky en petite quantité dans son épicerie écossaise. À sa mort en 1857, le commerce est confié à son fils Alexander. Au moment où Alexander Walker transmet l'entreprise à ses fils, les ventes de whisky représentent 90 % des recettes. La légendaire marque est née.

La Delahaye de la publicité, immatriculée DUV 870, est arrivée en Grande-Bretagne en 1936 à l'occasion du Tourist Trophy. La voiture est engagée par Tom Clarke, un gentleman driver anglais, qui établit à son volant un nouveau record du tour. Celui-ci est battu quelques instants plus tard par Le Begue, lui aussi sur Delahaye. Le seul résultat notable de la saison pour la 135S est une 10e place au Grand Prix de Donington.

En 1937, la voiture change de mains. Le Prince Bira pilote la Delahaye lors du Grand Prix de Pau mais abandonne après six tours. Quelques semaines plus tard, il conduit la 135S à la victoire aux 12 Heures de Donington. À la fin de la saison, la voiture est une nouvelle fois vendue. Son nouvel acquéreur, le comte Heydon, confie l’auto à plusieurs pilotes privés pour 1938.

 

8e place au Mans pour le châssis 47188

En fin d'année, le comte expose la Delahaye dans son showroom de Park Lane, dans le centre de Londres. C'est à ce moment que la Delahaye entre dans la famille Walker. Le jeune Rob, censé étudier pour ses examens, se retrouve devant la vitrine en train d’observer le modèle de course bleu. La marque française n'est pas inconnue pour lui puisqu'il possède déjà une 135 Drophead Coupe. Walker entre dans le showroom et en ressort quelques minutes plus tard avec son nouveau jouet.

Rob Walker engage à son tour la 135S en compétition. Aux 24 Heures du Mans, il partage le volant avec Ian Connell. Le duo se classe à une honorable 8e position, malgré quelques incidents.

Mais à cette époque, la guerre se profile déjà. Rob est envoyé au combat dans la Royal Air Force. À la fin de la guerre, le jeune pilote est marié et promet à sa femme qu'il ne courra plus sur circuit. Il se reconverti donc en team manager - rôle pour lequel il deviendra célèbre quelques années plus tard et qui fera l'objet d'un article prochainement sur Road Story. Le Rob Walker Racing Team est la seule écurie à avoir remporté un Grand Prix de Formule 1 sans avoir conçu un seul châssis.

Dix ans après avoir foulé le bitume pour la dernière fois, la 135S est de retour en terres sarthoises. Rob confie sa Delahaye au tandem Tony RoIt / Guy Jason-Henry pour l’édition 1949 des 24 Heures du Mans. La voiture est contrainte de s’arrêter définitivement à 3h30. « J'étais un peu novice à l’époque », confia Rob Walker. « Pendant la course, je me suis rendu compte que je n'avais pas changé les roulements de la Delahaye depuis 1939 ! »

 

Vendue et rachetée par Rob Walker

Une fois le casque définitivement raccroché, Walker vend la moitié de sa Delahaye à un ami, qui la conduit lors de quelques courses de club. L’un de ses voyages outre-Manche s’achève d’une façon peu conventionnelle. La voiture est interceptée par la douane. Dans un réservoir factice, les agents découvrent quelques 3 000 montres suisses… Rappelons qu'à cette époque, l'Union Européenne n'existe pas encore, et les taxes d'importation en Angleterre sont très élevées.

Après un long procès, Rob est contraint de racheter sa propre voiture aux autorités, avant de s'en séparer. Remisée dans la collection du Major Thompson, en Écosse, la Delahaye reçoit le radiateur d'un coupé de tourisme. En 1970, la collection est mise aux enchères. Soucieux de racheter « DUV 870 », Walker débourse 5 000 £ pour acquérir « sa » Delahaye sans même la voir. Une fois déchargée, la surprise est mauvaise pour Rob, qui découvre une voiture dans un état déplorable. Pendant ses années de stockage, la voiture a subit les affres du temps. L'humidité s'est invitée dans le hangar où elle était stationnée, dégradant tous ses panneaux de carosserie. La caisse a dû être entièrement démontée pour constater les dégâts. Seul point positif, au niveau mécanique tout était intact !

Il faudra près de huit mois de restauration pour que la Delahaye retrouve son état d’origine. Une tâche bien compliquée, d'autant plus qu'un incendie a ravagé l'atelier de course de Walker en 1968, détruisant au passage les seules photos d'époque de la Delahaye, conservées dans des albums. Aujourd'hui, la voiture est conservée dans la famille Walker et fait quelques apparitions en public.

 

 

Making-of de The Gentleman's Wager II dans le port de Monaco

 

Une première publicité mettant en scène les deux protagonistes avait été diffusée. Cette fois-ci, les deux hommes se retrouvaient sur un charmant voilier.

 

- Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne Podomatic

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

 

Source : Motorsport

Photos making-of : Kanzaman Films

 

Raphaël Crabos

Retour

Ces histoires sont pour vous :


01 mai 2020 Histoires de courses

Le Mans 1979, quand Paul Newman débarque avec les Hawaiian Tropic Girls

On va vous parler du bon vieux temps, et des premières Grid Girls en europe. Une époque lointaine où une poignée de bien pensants ne décidaient pas à la place des femmes ce qui es

> LIRE


11 avril 2020 Histoires d'auto

BMW X5 Le Mans, le concept-car oublié

Imaginez. Nous sommes à la fin des années 90, et BMW souhaite à tout prix s’imposer aux 24 Heures du Mans. 1999 est l’année de la consécration pour le constructeur bavarois.

> LIRE


14 novembre 2019 On en parle

Le Mans 66 Nous sommes allés le voir. Critique et Making of du film.

Hier sortait le film Le Mans 66. François s'est rendu à l'avant première du film organisée par Ford. Spoiler : il a aimé. Il est revenu avec le making of du film.  Alors

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter