27 avril 2020

Une Rolls-Royce au Dakar !

Départ du troisième Paris Dakar, 1er janvier 1981. Parmi les dizaines de mines mal réveillées ce matin là, un équipage attire l’attention de tous les médias. Pensez donc, un équipage se présente au départ avec une Rolls Royce !

Retrouvez la version audio ( Podcast de cet article à la fin de cette page )

Cette salope de Rolls !

Tous ceux qui ont déjà eu de grandes idées vous le diront : Les grandes idées naissent souvent autour d’une table et d’un repas arrosé. 
Ce soir d'août 1980, Thierry de Moncorgé accompagné de Christophe Pelletier et Jean Francois Dunac d’Auto Moto parlent Dakar. Façon assez classique d’entamer un repas entre passionnés jusqu’à ce que la discussion dérive sur la Rolls Corniche de Pelletier qui avait la fâcheuse habitude de tomber en panne. L’heure et l’état des compères étant bien avancés, cette soirée se termine sur une phrase définitive : “cette salope on va la faire crever dans le désert!”. 

Christian Dior en renfort 

Tout ça aurait pu rester un délire de fin de soirée mais Thierry se réveille le lendemain avec une furieuse envie de participer au Dakar au volant d’une Rolls !
A partir de ce moment tout ira très vite. Le lundi  matin il se met au travail en ciblant quelques annonceurs : Perrier, Marlboro, Cartier et Dior. Il appelle cette dernière marque en premier et sort du rdv fixé le lendemain avec un chèque couvrant une large part du budget ! Christian Dior qui lance son parfum Jules sera le parrain de l’opération. Le parfum Jules symbolisant le luxe masculin, classe et viril, quoi de mieux qu’une Rolls pour le représenter. 

Défi technique 

L’affaire conclue, les protagonistes se retrouvent devant un sérieux problème. Il leur reste à peine 4 mois pour concevoir de toute pièce un véhicule le plus fidèle possible à la vénérable anglaise mais capable de courir un Dakar dans 15 semaines. Thierry a conçu sa première voiture à 14 ans et en a vu d’autres.  Il a, en particulier à son actif la fabrication de plusieurs buggys destinés à des épreuves tout terrain.
Une ébauche technique naît sur la nappe et, assez rapidement, il est décidé que l’engin reposera sur un châssis de 4x4 sur lequel on viendra apposer une carrosserie en fibre de verre moulé sur une vraie Rolls.

Moulée sur une vraie Rolls 

Thierry dont c’est le métier se charge de réaliser un moule à partir d'une vraie carrosserie de Rolls.  Un vrai travail d’orfèvre, réalisé en 15 éléments. Une fois le moule sec, il leur faut trouver un 4x4 qui pourra donner ses soubassements. Après avoir parcouru toutes les casses de la région un mètre à la main pour prendre les cotes, ils jettent leur dévolu sur un Toyota BJ dont l’empattement correspond miraculeusement à celui de l’anglaise.

Gros coup de chance et premières sueurs froides. La Japonaise servira de donneur d’organes. Avant de faire des recherches pour cet article j’étais certain que la Rolls empruntait également le moteur du baroudeur nippon. Il n’en est rien et aussi dingue que ça puisse paraître c’est bien le moteur Rolls qui sera monté sur la distinguée dévoreuse de dunes ! Du moins au départ. Après des semaines de travail intensif à l’atelier, l’heure est venue du premier essai. Dans une atmosphère de polyester, d’huile etd’essence, l’anglaise ne s’élance que pour quelques minutes. Le légendaire moteur de Coventry vient de casser! Tout est à refaire et le retard déjà accumulé n’augure rien de bon. 

Un moteur américain 

Armé de son fidèle lieutenant Michel, mécanicien hors pair et spécialiste des V8 américain, Thierry file en Californie. Ils rentreront avec sous le bras un 5.7 l V8 de Chevrolet Corvette. Le moteur développe 330 chevaux et 54 M/kg. La Rolls rutilante est finie dans la nuit précédent le départ du rallye et se présente aux vérifications techniques sans le moindre essai à son actif. 
La course de la Rolls connaîtra des fortunes diverses et manquera de s’arrêter avant le terme des 10 000 kms de parcours prévus au programme. Après avoir cassé le train avant au milieu de l’Afrique, De Montcorgé arrive hors temps à la neuvième étape. Ils sont techniquement hors délai, ce qui est synonyme d’exclusion de la course. 

Abandonner ? Jamais !

Seulement voilà au Dakar, y compris (surtout? ) du temps du légendaire Thierry Sabine, le règlement ne vaut que par l’interprétation que l'on veut bien en faire et surtout celle que dieu ( Thierry ) veut en faire .  La Rolls cumule 1800 articles de presse et 150 passages télé depuis le départ. A leur arrivée au bivouac, Thierry Sabine, attend l’équipage pour leur annoncer qu’ils restent en course. Leur position au classement général ne changera rien au résultat final de l’épreuve.  L’organisateur gourou a bien compris que la Rolls représente un atout médiatique sur lequel il serait bien dommage de ne pas surfer. L’histoire est trop belle pour s’arrêter ici. 

Lac Rose en vue 

 L’authentique Spirit of Extasy verra Le lac Rose  avec à son volant un Thierry De Montcorgé ayant réussi son pari. Finir le Dakar et faire parler de lui ! A Dakar, la fête prévue aura bien lieu. Le contrat est tellement bien rempli que Dior rempilera l’année suivante pour soutenir Thierry, cette fois ci un buggy très spécial.

Et l’avis de Rolls-Royce ? 

Une vieille légende affirme que la conservatrice entreprise Rolls Royce porta plainte pour atteinte à son image suite à cette aventure. Nombreux d’ailleurs sont les articles à évoquer un éventuel procés. Quelques années plus tard Thierry de Montcorgé reviendra sur cet épisode dans le journal L’Equipe. En fait de procès il recevra seulement un courrier très policé et urbain du service juridique de la marque rappelant le statut du Spirit of Extasy et les règles limitant son utilisation dans le domaine public. Le courrier se terminant par “Soyez gentils, à l’avenir, de ne pas renouveler ce genre d’expérience!” Quand on connaît aujourd’hui les projets de SUV de la marque, cela peut porter à sourire.

Elle est où maintenant ? 

Mais alors, qu’est devenue cette Anglaise aux dessous Japonais et au coeur Américain? Elle restera enfermée dans une grange pendant des années, avant de réapparaître en 2005. Son propriétaire annonçant la restaurer dans le but de participer à une course d’anciennes, la Transafricaine Classic 2006. La voiture ne réapparaîtra pourtant pas. On ignore à ce jour ce qu’elle est devenue après avoir été restaurée. En cherchant sur le net j’ai pu voir une annonce en Angleterre avec un prix de vente de 30.000  £. L’annonce étant désactivée difficile de savoir si elle a trouvé preneur. Si vous la voyez en vente, à ce prix n’hésitez pas, et offrez vous le plus rare et original spécimen de Rolls Royce, ou presque. Bien plus exclusif qu'un Rolls-Royce Cullinan.  Elle était d’ailleurs exposée au Mondial de l’auto en 2018. 

- Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne Podomatic

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

Nicolas Laperruque

Photos / thierry de Montcorgé, Auto Loisirs

 

Retour

Ces histoires sont pour vous :


23 juin 2020 Histoires de dingo

Histoire de Dingo : Une piscine mobile en Pick-up Nissan

Une très vieille photo, qui n'a pas vieilli comme toutes celles de Dingo. On vous raconte les galères de réalisation et la rigolage associée à ces galères. N'oub

> LIRE


17 juin 2020 Histoires de courses

Dakar 1994 : l'étape infranchissable

Aussi loin que je me souvienne,  le Dakar a toujours exercé sur moi une immense fascination. Si les premiers Dakars gardent une saveur particulière aux yeux des passionnés, les “Dakar moder

> LIRE


23 mai 2020 Histoires de courses

Le Paris-Dakar en Renault KZ 1926

C’est l’histoire de Daniel Nollan et de ses camarades engagés dans premier rallye Paris-Dakar, en 1978, avec une Renault KZ de 1926 baptisée « La Gazelle ».  Retrouv

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter