08 janvier 2020

Koenigsegg, le viking chasseur de records

 

En 25 années d’existence, la firme suédoise a assemblé plus de 150 véhicules, tous plus exceptionnels les uns que les autres. Retour sur l’aventure automobile d’un homme, et de son entreprise.

 

 

Le début d’une épopée avec la CC

La marque Koenigsegg est créée en 1994 par Christian von Koenigsegg, alors âgé de 22 ans. L’objectif pour la firme naissante est de réunir dans une voiture typée grand tourisme utilisable au quotidien, toutes les composantes d’une Formule 1. David Craaford est choisi pour s’occuper du design du véhicule. Le projet débute l’année suivante, et la CC fait une apparition remarquée lors du Festival de Cannes en mai 1997. Restée à l’état de prototype, la CC est équipée d'un V8 Ford de 4,6L. Construit en aluminium, il est suralimenté par deux turbocompresseurs. La boîte de vitesses est quant à elle séquentielle à six rapports.

 

Une entrée en série remarquée pour la CC8S

Les tests semblent porter leurs fruits, et un premier modèle est commercialisé en 2000 : la CC8S. Sous le capot, le V8 voit sa puissance augmenter pour atteindre 655 ch. Rappelons que nous sommes encore à l’aube du 21e siècle et que la barre des 600 ch n’est pas franchie aussi régulièrement qu’aujourd’hui. La Pagani Zonda dévoilée l’année précédente ne développait que 394 ch, et la Ferrari Enzo et ses 660 équidés n’entrera en production que deux ans plus tard. Six exemplaires seront produits.

 

 

La chasse aux records débute, la CCR entre en piste

2004 marque l’arrivée d’un nouveau modèle. Du moins, une évolution de la déjà spectaculaire CC8S. La CCR ne fait pas de la figuration, et décroche pendant un court laps de temps le record du monde de vitesse pour une voiture de série (387,87 km/h). Celui-ci sera battu quelques mois plus tard par la Bugatti Veyron. Sous le capot, on retrouve encore le V8 Ford qui produit désormais 806 ch pour 920 Nm de couple. 14 exemplaires sortiront de l’usine d’Ängelholm.

La CCR sera remaniée en 2006 pour laisser place à la CCX, notamment pour satisfaire les exigences d'homologation américaine. 14 exemplaires seront là aussi assemblés, avec toit rigide et amovible.

   

 

La CCXR : nouveaux records dans le viseur

Avec la CCXR, le V8 évolue et passe à 4 800 cm3 de cylindrée. La puissance est bridée à 1 018 ch pour un couple maximum de 1 060 Nm à 6 100 tr/min. Officiellement, le constructeur la donnait pour 402 km/h, mais elle est chronométrée à 417 km/h, faisant d’elle la voiture de série la plus rapide au monde de 2007 à 2010. Second record décroché par la CCXR, celui de la voiture fonctionnant au bioéthanol la plus puissante. Parce que oui, la CCXR nécessite du bioéthanol pour délivrer sa pleine puissance !

   

 

Une Koenigsegg pour la course ?

Le Salon de Genève 2007 voit la présentation d’une Koenigsegg un peu particulière : la CCGT. Initialement prévue pour répondre aux exigences du règlement FIA GT1 et de l’Automobile Club de l’Ouest, la CCGT impressionne. Peut-être trop. Son poids est ramené à 1 100 kg et son V8 est dépourvu de ses compresseurs. Une chance d’entrer dans ce cercle fermé du sport automobile que Koenigsegg aurait pu saisir.

Malheureusement, l’évolution du règlement va contraindre le suédois à faire avorter son projet. Deux mois seulement après le début des essais de la CCGT, la FIA et l’ACO annoncent un changement de règles pour la catégorie GT1. Les châssis monocoques en carbone ne sont plus admis, et la production minimale de modèles de série passe de 20 unités sur plusieurs années à 350 par an. Koenigsegg ne peut évidemment pas suivre la cadence, et délaisse son programme en compétition. La CCGT est mort-né, et seul un exemplaire a été assemblé.

 

 

L’Agera : l’heure des évolutions

Le constructeur d’Ängelholm repousse une fois de plus les limites avec l’Agera. Dévoilée à l’occasion des 15 ans de la marque, elle tire son nom du verbe « agir » en suédois. Les évolutions sont majeures par rapport à ses grandes sœurs. Côté design, les changements sont nombreux, mais la patte scandinave reste reconnaissable entre 1000. Le V8 passe à 5 000 cm3 de cylindrée, et est suralimenté par deux turbocompresseurs Rotrex soufflant à 1,5 bar. La puissance maximale est fixée à 960 chevaux pour 1 100 Nm de couple. 15 exemplaires sont assemblés.

Comme pour la CC8S, de nombreux modèles vont succéder à l’Agera de série. La R, poussée à 1 140 ch, est produite à 18 exemplaires, et effectue une pointe de vitesse record à 401,6 km/h sur le tracé du Nürburgring. En parallèle, l’Agera S, version dégonflée avec « seulement » 1 030 ch, est assemblée à 5 exemplaires. La RS vient couronner la carrière de l’Agera par une nouvelle pluie de records. Le 5 octobre 2017, la firme suédoise annonce la couleur : la RS vient d’atomiser le record du 0-400-0 km/h détenu depuis peu par la Bugatti Chiron, avec un temps de 36,44 s. Le 4 novembre suivant, le pilote d’essai maison Niklas Lilja en établit cinq nouveaux dans l’Etat du Nevada, aux Etats-Unis.

 

 

La mégacar : la One:1

Première voiture au monde à détenir un rapport poids puissance de 1 pour 1, la One :1 est équipée d’un V8 5,0L bi-turbo développant 1360 ch pour un poids similaire, conducteur compris. Produite à 6 unités + 1 prototype, elle peut en théorie atteindre les 450 km/h, même si selon le porte-parole de la marque, la One:1 a davantage été étudiée pour la piste que pour la vitesse. Les 1 360 ch délivrés par l’imposant V8 correspondent à la puissance d'un mégawatt, faisant de la Koenigsegg la première « megacar » au monde. Un superbe exemplaire bleu s'est vendu aux enchères en Suisse il y a quelques mois pour la somme de 4,2 millions d'euros. Avec seulement 597 kms au compteur, la maison Bonhams l’avait estimé entre 1,6 et 2,0 millions d’euros.

 

 

Regera, la voiture sans boîte de vitesse

Dévoilée lors du Salon de l’Automobile de Genève 2015, la Regera surpasse ses prédécesseurs. Son V8 bi-turbo de 1 100 chevaux, couplé à trois moteurs électriques d'un peu plus de 700 chevaux, offre une puissance vertigineuse à l’hypercar suédoise.

Innovation majeure apparue avec la Regera, la transmission KDD (pour Koenigsegg Direct Drive), lui permet de se dispenser d'une boîte de vitesse. Un moteur électrique élance la voiture jusqu’à 50 km/h, avant que le moteur thermique ne prenne le relai et entraine les roues arrière via un convertisseur de couple hydraulique. Sur le papier, la Regera peut atteindre les 100 km/h en 2,7 secondes, et franchir la barre des 400 km/h en moins de vingt secondes. Soit deux fois plus rapidement que la Bugatti Veyron ( réalisé au milieu des années 2000 ).

Le 27 septembre 2019, la firme annonce avoir battu son propre record du 0-400-0 km/h en 31,49 s avec une Regera pilotée par Sonny Persson sur l'aérodrome militaire de Råda. Le 0 à 400 km/h est abattu en 22,87 s, et l’arrêt depuis 400 km/h en 8,62 s.

 

 

Les records dans le sang de Koenigsegg

La vitesse est dans l’ADN de la firme d’Ängelholm. Chaque voiture est étudiée pour être la plus performante possible. Ainsi, la chasse aux records devient une évidence. Léger flashback sur ceux décrochés par Koenigsegg depuis sa création en 1994.

  • Record du moteur de série le plus puissant pour la CC8S avec 655 ch.
  • Record du moteur de série le plus puissant pour la CCR avec 806 ch.
  • Record de la voiture la plus rapide du monde pour la CCR avec 387,87 km/h. (Le précédent record était détenu par la mythique Mclaren F1 avec 387,4 km/h).
  • Record sur le tracé britannique de Top Gear pour la CCX. Elle restera en haut du classement pendant 7 années consécutives, et établira le record de vitesse de la piste avec 315 km/h.
  • Record du 0-300-0 km/h pour la CCX en 29,2 secondes.
  • Record du 0-300-0 km/h pour l’Agera R en 21,19 secondes.
  • La One:1 devient la première voiture au monde à avoir un rapport poids/puissance de 1 pour 1 (1360 kgs pour 1360 ch).
  • Record du 0-300-0 km/h pour la One:1 en 17,95 secondes.
  • Records pour une voiture de production sur les pistes de Spa-Francorchamps et de Suzuka au Japon pour une voiture de production. Les temps restent toutefois non-officiels sur les deux tracés.
  • Record du 0-400-0 km/h pour l’Agera RS en 36,44 secondes. (Le précédent record était détenu par la Bugatti Chiron en 42 secondes).
  • Record du 0-400-0 km/h pour l’Agera RS en 33,29 secondes. (Le précédent record était déjà détenu par l’Agera RS depuis quelques semaines).
  • Record de la voiture de production la plus rapide du monde pour l’Agera RS avec 457,19 km/h.
  • Record du kilomètre le plus rapide sur route publique pour l’Agera RS avec une moyenne de 445,63 km/h.
  • Record du mile le plus rapide sur route publique pour l’Agera RS avec une moyenne de 444,76 km/h.
  • Record de la plus haute vitesse jamais enregistré sur route publique pour l’Agera RS avec 457,94 km/h.      

 

 

L’innovation au service de la marque

Au cours de sa jeune carrière, le petit constructeur nordique ne s’est pas cantonné à suivre les autres industriels. Il innove et dépose ses propres brevets d’invention pour proposer ce qui se fait de mieux en matière d’automobile. Aussi, c’est dans cette recherche constante de nouvelles technologies que Koenigsegg réinvente depuis 25 ans la manière de concevoir des voitures. Retour sur trois des avancées du constructeur.

 

Les portes syncro-hélicoïdales diédriques : entre praticité et élégance

Signe incontesté de reconnaissance d'une Koenigsegg, les portes diédriques font parties de l’ADN de la marque. Chaque constructeur s’est essayé à révolutionner les systèmes d’ouverture de portes, mais tous s'en sont mordus les doigts.

Elégant et impressionnant de prime abord, ce système syncro-hélicoïdal d’ouverture des portes n’en est pas moins efficace. Assez haut pour passer au-dessus de n’importe quel trottoir, mais suffisamment bas pour ne pas heurter le toit d’un parking, ce système limite également l’espace latéral pris par une portière classique.

 

Le Koenigsegg Direct Drive : lorsque la boîte de vitesse devient superflue

Certainement l’une des innovations les plus importantes de l’histoire de la marque, la transmission directe apparue sur la Regera étonne et intrigue. Grâce à la transmission KDD développée en interne, la Regera peut se passer de boîte de vitesse. Un moteur électrique permet à l’auto de s’élancer jusqu’à 50 km/h, avant que le moteur thermique ne prenne le relai. Le KDD permet une accélération quasi-linéaire, et supprime les moments de latence à chaque changement de rapport. L’autonomie des batteries étant ce qu’elle est, celle de la Regera se décharge 10 fois plus rapidement que celle d’une voiture de grande production. Mais nos amis ingénieurs ont trouvé une solution efficace. Lors des phases de décélération, la batterie se recharge aussi 10 fois plus vite. Une technologie tout droit sortie de la F1 permettant à la Regera de ne jamais être à cours de batterie. De plus, aucune recharge n’est nécessaire puisqu’elle s’auto-alimente au freinage.

 

Autoskin : le gadget plus joli qu’utile

Gadget plus qu’une innovation, cette technologie se veut spectaculaire. D’une simple pression sur la clé du véhicule, les portes, capot et coffre s’ouvrent automatiquement, de façon robotisée. Un nouveau système hydraulique, léger et compacte, a permis de contenir le poids du gadget. Celui-ci ne rajoute que 5 kgs au poids total du véhicule.

 

 

Raphaël Crabos & Adrien Sahouli

Retour

Ces histoires sont pour vous :


03 juillet 2020 On en parle

Apéro Auto 9 avec Vincent Gast, Massimo Manganaro, Hervé Katz et François Bouet

Nouveau rendez-vous sur notre Podcast, François reçoit chaque semaine 3 invités pour se raconter à l'heure de l'apéro, des histoires, des anecdotes d'autos. Où on p

> LIRE


06 juillet 2020 Histoires d'auto

lancement presse Alfa 33 à Venise : 33 km en 33 mn dans l’Alfa 33

ALFA 33 : VENISE ? L’IDEAL POUR UN ESSAI AUTO ! Si l’on vous dit Venise vous pensez Grand Canal, Lido, gondoles et Place Saint Marc. L’id&eacute

> LIRE


25 juin 2020 Histoires d'auto

Lancement Mercedes 190 : Les WC construits par la Daimler-Benz

L’AGE DORÉ DES PRESENTATIONS BLING-BLING En ce temps-là, le soleil était plus chaud, les fleurs plus colorées et les filles plus jolies. C’était le temps béni o&ugr

> LIRE


22 juin 2020 Histoires de courses

Il traverse les USA en solo avec une Mustang de location et bat le record du Cannonball 

Les records du Cannonball tombent au rythme des moustiques sur un pare-brise. Fred Ashmore, un parfait inconnu a loué une Mustang GT, l’a rempli de réservoirs de carburant additionnels et à mis

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter