20 décembre 2020

Les revues techniques Haynes c’est fini. 

Rachetée par une société française, la maison d’édition anglaise Haynes, bien connue des bricoleurs, ne produira plus de nouvelles éditions. La fin d’un mythe. 

Haynes, la référence 

On ne présente plus Haynes. Lancés par John Haynes en 1965 à Yeovil, Somerset, ils éditent depuis des revues techniques pour permettre aux mécanos en herbe de “remonter cette putain de bagnole”. On y détaille chaque réparation, étape par étape. Des techniques expliquées qui ont permis à des millions de personnes d’entretenir ou de réparer cette putain de bagnole en panne. A côté de ça, Haynes est devenu mythique grâce au sérieux de ses publications mais également grâce aux inimitables “cutaways drawings” qui ornent les couvertures de chaque manuel. On leur avait consacré un article. Oui, mais ça c’était avant. 

Le monde change 

La vraie question est de savoir si les voitures, motos ou camions d’aujourd’hui ne sont tout simplement pas devenus trop complexes pour les mécaniciens du dimanche. Si les tâches purement mécaniques n’ont jamais été aussi faciles et la fiabilité générale des véhicules aussi bonne, il y a un mais. En effet, les systèmes électroniques auront vite fait de décourager le plus acharné des bricoleurs, quand la réparation n’est pas, tout simplement impossible hors réseau. 

Haynes passe sous pavillon français 

Le premier coup dur pour Haynes s’est produit il y a quelques mois. En effet, la maison d’édition passait alors sous pavillon français, ce qui a dû atteindre la fierté anglaise bien profond. On pourrait se réjouir de ce rachat. En s’offrant Haynes pour un montant de 114,5 millions de livres Sterling en avril dernier, la société Infopro Digital réalisait une belle acquisition et semblait en mesure de garantir un avenir au titre. Bon, ça c’était avant aussi.  Pour bien comprendre l'histoire de ce rachat il faut expliquer qu'infopro digital est l'éditeur des RTA ( ETAI ), le concurrent historique de Haynes.

No futur 

Les nouveaux propriétaires affirment en effet ne pas voir d’avenir dans l’impression de nouvelles versions des très appréciés guides de réparations. Ils ont donc commencé par licencier les huit rédacteurs qui écrivaient les revues techniques. Au menu : fini le papier, place au numérique. Haynes n’investira plus un euro dans de nouveaux manuels, et se contentera de vendre des PDF de ses manuels déjà parus. Il faut dire que le back catalogue est énorme, avec plus de 300 modèles de voitures, 130 modèles de motos et des traductions en 24 langues. Des revues qui couvraient à peu près tout ce qui roule, du char allemand Tigre, à la Mazda MX-5 en passant par le Star Wars Millennium ou la voiture de votre sœur. 
Les employés survivants de Haynes Publishing ont appris le passage au numérique dans un simple mail. Le papier est bien mort. 

Nicolas Laperruque 

Source : Expresso.UK

- Les podcasts de Road Story sont disponibles sur notre chaîne road story

- Mais également sur Itunes en recherchant "Road story"

- Mais également sur Spotify en recherchant "Road story"

- Mais également sur Deezer en recherchant "Road story"

Retour

Ces histoires sont pour vous :


08 avril 2020 Histoires de design

L’art perdu des dessins de coupe ou écorchés des revues techniques automobiles 

Vous connaissez tous les revues techniques Haynes, les boîtes de maquettes Tamiya, ou certains manuels constructeurs présentant les entrailles de votre voiture. Mais comment sont réalisées ces i

> LIRE


Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter