27 février 2020

Ferrari Dino, Aston-Martin DBS d'Amicalement Vôtre, BS1, histoire autour de la célèbre série

Les années 1970 ont vues émerger tout un tas de séries télévisées mythiques. Aux côtés des acteurs, les voitures deviennent désormais de vrais personnages à part entière. Plus d'un adolescent des années 70 s'est imaginé s'assoir aux côtés de Starsky et Hutch ou de Michael Knight. Si ces séries aujourd'hui devenues cultes ont tant fasciné la jeunesse, c'est pour la place singulière qu'occupaient les voitures. Tout le monde a un jour rêvé de prendre de volant de la Ford Gran Torino rouge ou de KITT.

 

L'année 1971 voit émerger une nouvelle série qui restera dans les annales. De riches playboys, Lord Brett Sinclair et Danny Wilde, ont été réunis par le juge à la retraite Fulton pour lutter contre le crime et la corruption. Tout les oppose, mais les deux hommes vont devenir de grands amis. Amicalement Vôtre était destiné à être la série télévisée la plus chère filmée à ce jour, en utilisant plusieurs lieux glamours partout en Europe. Le tout, au volant de deux sportives iconiques des seventies : une Ferrari Dino 246 GT et une Aston Martin DBS. Moteur, action !

 

BS 1, mais d'abord FU 2

Concernant l'immatriculation de l'Aston Martin DBS, l'histoire est intimement liée à celle d'une autre plaque anglaise célèbre, FU 2 (dont on vous raconte l'histoire ici). Toutes deux appartiennent depuis les années 1960 à la famille Smart. Billy et Hanna Smart ont fait fortune dans le monde la fête foraine, notamment grâce au Billy Smart's Circus. Dans les années 60, Billy Smart fait l'acquisition de plusieurs plaques personnalisées commençant par "BS" (ses initiales) pour les apposer sur ses autos. Dont BS 1, qui deviendra célèbre quelques années plus tard.

Au début de la décennie suivante, Billy Smart autorise les réalisateurs de The Persuaders (Amicalement Vôtre chez nous) à utiliser la plaque BS 1 pour la voiture d'un des protagonistes. Dans la série, le gentil anglais Brett Sinclair, incarné par Roger Moore, conduit une superbe Aston Martin DBS jaune moutarde équipé de la plaque BS 1.

En dehors du petit écran, l'immatriculation équipe la Rolls-Royce Corniche violette familiale depuis les années 70. Tout comme FU 2, l'immatriculation BS 1 a été mise en vente il y a quelques années pour plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Quant à la fameuse DBS conduite par Roger Moore, elle est sortie d'usine au printemps 1970, avec des modifications faites spécialement pour la série télévisée. Le producteur, Bob Baker, avait invité la marque de Gaydon à fournir une voiture. Naturellement, Aston Martin a tout de suite été conquis par l'idée de fournir une voiture, si bien que la marque a même dépêché un de ses mécaniciens pour s'assurer que la DBS soit toujours au top. Bien que dans la série la voiture portait ses fameuses plaques BS 1, on peut remarquer deux scènes dans l'épisode « The Gold Napoleon » où l'équipe de tournage a semble-t-il oublié de les remettre. Il s'est avéré que l'erreur ne pouvait être corrigée (retourner les scènes aurait été un casse-tête logistique), et la véritable immatriculation de la voiture a finalement été révélée : BS 1 était en réalité PPP 6H.

 

MO 221400, la Dino perdue

L'histoire de la Dino 246 GT conduite par Danny Wilde, alias Tony Curtis, mériterait à elle seule un article. Jusqu'au début des années 2000, les informations concernant la petite Ferrari se comptaient sur les doigts d'une main. Elle aurait été prétée par son propriétaire à la société de production. Récupérée à Modène par Johnny Goodman, chargé de production, elle aurait ensuite été conduite par ses soins jusqu'à Nice. Une fois le tournage terminé et vu le triste état de la Dino, Johnny Goodman eut la possibilité d'acheter l'auto mais déclina l'offre, avant de retourner la Dino chez son propriétaire. Depuis, plus aucunes nouvelles de cette fameuse voiture. L'incapacité de Ferrari (ou la réticence, on connait la marque) à fournir des détails sur ll'exemplaire utilisé ont fait que la trace de la Dino a été perdue peu de temps après la fin du tournage. Ferrari aurait même affirmé avoir prêté deux Dino à la production, chose niée par le producteur Bob Baker et son acolyte chargé de production.

L'auto a disparu des écrans-radars... jusqu'au 7 novembre 2002 et l'intervention de Marcel Massini sur une publication de Ferrarichat. L'historien Ferrari de renommée internationale est revenu sur l'historique de cette Dino et a corrigé certaines rumeurs. La voiture n'a pas été confiée par Ferrari comme l'aurait indiqué la marque. D'ailleurs, aucune des "deux voitures" ne l'a été. Au moment du tournage, la 246 GT se trouvait déjà entre des mains privées. Sortie d'usine le 27 mai 1970, la Dino 246 GT châssis 00810 est toujours restée en Italie, où elle se trouve d'ailleurs encore aujourd'hui. Il s'agit de la 405ème Dino construite, immatriculée MO 221400 et délivrée à Modène. Son premier propriétaire était un certain Giovanni Cavedoni, qui avait déboursé 3 750 000 de lires italiennes pour l'acquérir. Revendue le 7 octobre 1977 à un habitant de Trieste pour 2 000 000 de lires, elle a de nouveau changé de propriétaire le 24 octobre 1979. Son troisième acquéreur se l'est offerte pour 7 000 000 de lires, avant de la faire réenregistrer en plaques napolitaines.

 

Raphaël Crabos

Retour

Ces histoires sont pour vous :


21 mars 2020 On en parle

voiture en papier 2, camion , police et autre

Avec une petite pensée pour teux ceux qui se démène dehors pour faire tourner le pays, un petit cadeau pour occuper leurs gosses  Francois Bouet 

> LIRE


10 mars 2020 Histoires d'auto

FU 2 (FUCK YOU TOO) : l'histoire d'une immatriculation provocante

FU 2 est certainement l'une des plaques d'immatriculation les plus connues aujourd'hui en Angleterre. Imprégnée de petites histoires qui ont fait sa renommée, FU 2 (comprenez par là

> LIRE


24 février 2020 Histoires de dingo

Histoire de Dingo : la Ferrari et la fontaine

5h du matin un dimanche de vacances d'été, une Ferrari 328 GTB, et une jeune femme dévêtue en train de se baigner dans la fontaine place de la Concorde. Comme d'habitude avec Dingo, tout

> LIRE



Newsletter
Je m’inscris
à la newsletter